Faut-il rester pleinement investi en cette période d’incertitudes boursières ?

Timer le marché. Graal pour certains, gageure pour d’autres. Alors que nous avançons péniblement vers l’après-pandémie de COVID-19, les bourses continuent d’être agitées. De plus en plus d’investisseurs tentent de timer le marché, d’acheter ou vendre au bon moment, quitte à sortir des marchés quelque temps. Hélas, comme à de nombreuses reprises par le passé, ce comportement est particulièrement dangereux et devrait être évité par les investisseurs individuels. Ceci, d’autant plus en période de troubles ou d’hésitations comme c’est le cas à l’heure de rédiger cet article.

Avant de continuer …

Abonnez-vous à notre actualité et restez à jour dès qu’un nouvel article est publié !

Faut-il rester pleinement investi en cette période d'incertitudes boursières ? 1

Table des matières

Faut-il rester sur les marchés, oui ou non ?

Les marchés boursiers ont atteint des sommets historiques ces derniers temps, malgré la situation sanitaire et économique actuelle. La courbe des taux semble entamer une remontée et les craintes de récession restent bien présentes. Les marchés boursiers semblent déconnectés de la réalité. La grande question qui agite ces derniers est désormais de savoir s’il est temps ou non de sortir du marché actuel. Serions-nous en bulle ?

Première chose à avoir en tête : si vous êtes un investisseur de court terme, cet article et son contenu ne vous sont pas destinés. En effet, les règles et les enjeux à court terme sortent du cadre de la réflexion qui va suivre.

A contrario, si, comme moi vous êtes un investisseur axé sur le long terme, alors la réponse à la question de notre article est un oui, clair et limpide, pour 5 raisons que nous allons détailler ci-après.

Cinq raisons qui étayent notre réponse « Oui »

Timer le marché est impossible

Prévoir l’orientation des marchés est impossible. Comme le démontre une analyse du gestionnaire de fortune BlackRock, manquer ne fusse que quelques séances pourraient avoir un impact négatif sur un investissement si les séances en question constituaient des jalons clés au sein d’un cycle.

Investissement hypothétique de 10 000 € dans l’indice MSCI Europe entre 1997 & 2016
Investissement hypothétique de 10 000 € dans l’indice MSCI Europe entre 1997 & 2016 (source)

Tenter d’anticiper une crise ne mène qu’à une chose : rester sur la touche en pleine ascension. Les bourses montent annuellement plus souvent qu’elles ne baissent et cette hausse est souvent plus marquée après une baisse. Identifier le creux d’une baisse est tout aussi illusoire que d’anticiper la crise.

Ainsi, le cycle baissier démarré en juin 2008 (lorsque l’indice Dow Jones avait chuté de 20 % par rapport au sommet atteint le 11 octobre 2007) a atteint un point bas sur le marché le 6 mars 2009. Ce point bas a été atteint après avoir perdu plus de 54 % de sa valeur depuis le sommet. Le marché baissier s’est ensuite inversé 3 jours plus tard, le 9 mars 2009, avec un rebond de l’indice de plus de 20 %. 

Après le 9 mars, l’indice S&P 500 était en hausse de 30 % à la mi-mai et de plus de 60 % à la fin de l’année. Et cette inflexion de tendance n’aurait pas pu être prédite, même à grand renfort d’analyses techniques, par les investisseurs particuliers que nous sommes. Par les grandes banques, peut-être. Même si les événements du passé peuvent faire douter sur ce point.

Warren Buffett est sans doute l’investisseur le plus prospère au monde et il a toujours été investi de manière constante, se moquant des gourous adeptes du timing des marchés. Il investit chaque année, en bien et en mal.

Timer le marché est impossible. Néanmoins, une alternative pourrait exister, au travers de l’investissement périodique (Dollar Cost Averaging).

Ne pas être investi est aussi "risqué" que d'être sur les marchés

Nous sommes d’accord qu’à court terme, conserver des liquidités représente un choix sûr, à l’abri de la volatilité. Mais sur le long terme, c’est une tout autre histoire.

Un dollar investi en 1913 équivaut à plus de 26 dollars aujourd’hui. Malgré plusieurs krachs, plusieurs récessions. L’inflation, encore elle, constitue le vrai ennemi des liquidités sur le long terme. Détenir des liquidités dans le cadre d’une stratégie globale de portefeuille est essentiel, mais être 100 % est une très mauvaise idée. 

Encore une fois, le risque est de rester sur la touche : se retirer trop tôt doit être mis en balance avec les avantages de rester investi. Au lieu de sortir des marchés et basculer dans le 100 % cash, pourquoi ne pas envisager une rotation sectorielle ? Ou de passer en mode défensif ?

Homme réglant le niveau de risque

Pointons malgré tout un argument en faveur de la conservation de liquidités : ne pas être sans le sou en cas de krach boursier. Que ce soit à des fins d’achat opportuniste ou en cas de perte d’emploi, si le krach s’accompagne d’une récession.

Si vous êtes à la retraite ou si vous n’avez pas un revenu régulier qui supporte vos dépenses régulières, il est évidemment plus sage de garder une partie de votre argent dans autre chose que des actions. C’est notamment ici que vient le fameux fond d’urgence (un compte épargne avec 6 mois de subsistance afin de pouvoir couvrir des dépenses imprévues sans entamer le moindre investissement, emprunter de l’argent ou vendre quelque chose). Cependant, cet article concerne l’argent que vous pouvez investir en toute sécurité, en dehors de l’équation de la vie quotidienne et de ses coûts.

Sur le long terme, l'immobilier et les actions sont toujours gagnants

À court terme, il reste très difficile de prédire quoi que ce soit en termes de rendement d’un actif : tout peut basculer du jour au lendemain à cause d’une mauvaise nouvelle, de mauvais résultats ou d’événements micro-/macroéconomiques. À long terme, il est par contre très clair que les investissements en actions surperforment les liquidités et les obligations. 

Avec l’immobilier direct, il est d’ailleurs possible de calculer un rendement attendu à long terme de manière assez simple sur la base des coûts d’emprunts et de financements. Avec l’immobilier indirect (les SIR belges, les REITS américains ou encore les SIIC françaises), une autre corde peut être ajoutée à l’arc de l’investisseur de long terme, d’autant que ces produits très défensifs se comportent généralement assez bien en tant que valeurs de fond de portefeuilles.

Rendement total cumulé des actions, obligations et bons de caisse de 1900 à 2018 aux USA
Ce graphe montre le rendement total cumulé des actions, obligations et bons de caisse de 1900 à 2018 dans le premier marché mondial des capitaux, les États-Unis. Clairement, les actions ont mieux performé : un investissement initial de 1 $ en 1900 a atteint 44 663 $ en termes nominaux en 2018. La légende du graphique montre les rendements annualisés, corrigés avec l’inflation (source).

Comme vous pouvez le voir sur le graphe ci-dessus, en 2019, des économistes de Credit Suisse et de la London Business School ont d’ailleurs prouvé qu’entre 1900 et 2019 (soit 119 ans), ce sont bien les actions qui ont été les plus rentables parmi tous les actifs, en ce compris l’immobilier. Et ce, malgré deux guerres mondiales et deux crises financières globales. L’étude pointait cependant que le surplus de rendement des actions par rapport aux obligations et au cash devrait se réduire à l’avenir. Et toutes les classes d’actifs devraient afficher des rendements plus faibles.

Nous sommes des investisseurs, pas des traders

Faut-il rester pleinement investi en cette période d'incertitudes boursières ? 2

Achetez seulement des choses que vous serez parfaitement heureux de posséder si le marché s'effondre pendant 10 ans.

Cette citation très connue de Warren Buffett est simple à comprendre et à appliquer dans notre quotidien d’investisseurs : notre but est de dénicher un rendement le plus élevé et durable possible. Dans le choix de ses acquisitions, Warren Buffett raisonne en général sur la longue durée. Il se méfie des retournements conjoncturels de marché et mise sur une appréciation de ses investissements sur le long terme. L’approche court-termiste n’a pas cours dans ce schéma de pensées.

Ainsi, les soubresauts actuels ne doivent pas dicter la façon d’investir de l’investisseur. Ce dernier doit avoir un plan établi au préalable, une stratégie qu’il est primordial d’appliquer en toute circonstance. Les baisses font partie du voyage.

La discipline est le vrai problème de fond

Nous sommes humains. Les émotions ont tendance à dicter notre comportement et c’est là que réside l’importance de la discipline et du suivi strict de la stratégie d’investissement établie. La vente panique est la pire chose que vous puissiez faire. Prenez donc le temps de définir votre plan d’investissement et votre profil de risque en adéquation avec votre personnalité et vos projets.

Lorsque vous aurez défini une stratégie d’investissement solide et qui vous convient, tenez-vous-y. Le marché ira parfois contre vous, mais il faudra garder la barre pour rester sur la bonne voie à long terme.

Rester discipliné est plus facile à dire qu’à faire. Dès que la panique s’empare du marché, les gens commencent à vendre et les actions peuvent facilement chuter de plusieurs dizaines de pour cent. Moi-même, j’ai souffert de ce problème à plusieurs reprises dans mes premières années en tant qu’investisseur particulier, à la suite d’une mauvaise définition de mon plan d’investissement et de mon profil de risque. Désormais, malgré les soubresauts actuels, la guerre commerciale sino-américaine de 2020, la pandémie de la COVID-19, je reste discipliné.

Cela passe par 4 points :

  1. Gestion du portefeuille « en bon père de famille » : en veillant à ne pas être trop exposé, à tel ou tel secteur, en renforçant la diversification, en ayant un bon mix entre des valeurs de croissance et des valeurs plus défensives ou sous-valorisées.
  2. Construction d’une réserve de cash : je reste entièrement investi et ne prévois pas de vendre (voir point n° 2 de l’article). Cependant, je convertis une partie de mes revenus mensuels pour constituer des réserves de liquidités à des fins opportunistes ainsi qu’une épargne de précaution.
  3. Diversification dans d’autres catégories d’actifs : dans mon cas, cela passe par le crowdfunding Equity de start-ups, du crowdlending immobilier (d’autant plus intéressant au vu des taux bas), l’achat d’arbres (via EcoTree), les cryptomonnaies, etc.
  4. Travail psychologique : j’accepte désormais qu’il y ait des hauts et des bas inévitables. Mais, étant investi à long terme, je passerai outre. J’avouerai cependant qu’investir mensuellement en fonds, sans être guidé par mes émotions, est très appréciable à ce niveau.

Conclusion

La vraie richesse se construit jour après jour, au cours des bonnes et des mauvaises années ; les récessions et les récupérations ; les hauts et les bas. Avec une planification appropriée, les marchés boursiers baissiers ne seront pas des crises, mais plutôt des opportunités. 

Cela peut sembler cliché, mais au bout du compte, l’objectif d’un investisseur est, encore une fois, de dénicher un rendement élevé le plus longtemps possible. Cela passe par l’achat opportuniste, en mettant l’accent sur la performance à long terme, etc. 

Le risque provient de ne pas savoir ce que l’on fait.

De toute façon, nous pouvons être sûrs d’une chose : une récession viendra. Dans quelques mois, dans un an, dans quelques années. Nous y sommes peut-être déjà, finalement ? Le tout est d’être bien préparé, en accord avec soi-même et de savoir tirer profit des opportunités !

Faut-il rester pleinement investi en cette période d'incertitudes boursières ? 3
Note actuelle
Cliquez pour noter cet article !
[Total: 1 Moyenne: 5]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.