STAR 50, Hang Seng Tech : ces indices tech chinois qui défient le NASDAQ

La Chine continue son émancipation financière. Inauguré en grandes pompes, l’indice STAR 50 fut un premier pas en ce sens, bien vite suivi par l’indice Hang Seng Tech. Qu’y trouve-t-on ? Comment y investir ? Ces indices sont-ils des concurrents sérieux au NASDAQ, le célèbre indice technologique américain ?

Table des matières

La Tech, toujours la Tech : la toute puissance des indices technologiques

Le NASDAQ, vitrine technologique des États-Unis d'Amérique

Pour peu que vous vous intéressiez à la bourse, vous devez à coup sûr connaître le NASDAQ, cette bourse iconique des marchés américains. Créée en 1971, c’est le deuxième plus important marché d’actions des États-Unis, en volume traité, derrière le New York Stock Exchange (NYSE).

L’indice NASDAQ Composite (souvent raccourci en NASDAQ, ce qui peut prêter à confusion avec la place de marché) est l’indice boursier qui mesure la performance de plus de 2700 entreprises américaines inscrites et cotées sur le marché NASDAQ. En parallèle, le NASDAQ-100 est l’indice bousier représentant l’évolution des 100 plus grandes capitalisations boursières du NASDAQ Composite, hors valeurs financières.

Logo NASDAQ

Nous y retrouvons une galaxie d’entreprises trop petites pour exister sur le NYSE, ainsi que la majorité des grandes entreprises technologiques américaines (Apple, Facebook, etc.). Traditionnellement, les actions technologiques ont constitué et constituent encore actuellement une grande partie du NASDAQ Composite. C’est donc encore plus le cas concernant le NASDAQ-100.

Ce dernier affiche, au moment de rédiger cet article (6 août 2020), une performance totale de +545,15 % depuis sa création, en 1985. Il affiche un rendement annualisé de 13 %, contre 8,5 % pour le S&P 500 et ce, pour une volatilité à peu près équivalente.

Au-delà des marchés américains, un potentiel technologique existe

Le problème, c’est que ces deux indices sont très américano-centrés : le NASDAQ-100 ne contient que des entreprises américaines, là où le NASDAQ inclut à peu près 150 ADR (American depositary receipt ou action miroir) d’entreprises chinoises, par exemple. En termes de diversification géographique, ce n’est donc pas idéal ! Des indices comme le MSCI World Information Technology seront plus indiqués (même si, concrètement, cet indice est lui aussi surpondéré en valeurs américaines).

Ainsi, pour une entreprise technologique chinoise, être listée sur le NASDAQ reste possible grâce à un ADR, mais toutes ne peuvent y prétendre. La création d’un nouvel ADR implique en effet l’achat des actions de la société chinoise sur le marché américain de l’émetteur et le dépôt des actions acquises dans une banque dépositaire sur le marché américain. La décision de créer un ADR dépend du prix, de la disponibilité et de la demande.

Personnes marchant dans la rue dans une rue de Corée du Sud, un des pays Next Eleven

C’est chose aisée quand l’entreprise s’appelle Alibaba, PetroChina ou Baidu. Pour les autres, ça se complique sensiblement. Pire, la guerre commerciale sino-américaine et le Président Trump ne facilitent en rien les choses, privant les entreprises chinoises d’exposition, de capitaux et, in fine, bridant leur développement financier. Et c’est sans compter le projet de Donald Trump qui envisage d’interdire purement et simplement les cotations chinoises aux États-Unis.

D’où cette idée chinoise : face à tous ces risques, et vu l’essor de la gestion passive (via les ETF ou trackers), pourquoi ne pas créer des marchés boursiers locaux orientés vers la technologie ? En somme, pourquoi ne pas concurrencer le NASDAQ-100 au niveau national ?

Les premiers indices technologiques chinois

Création du STAR Market

C’est pourquoi que le Shanghai Stock Exchange (SSE) a créé le Shanghai Stock Exchange Sci-Tech Innovation Board, ou STAR Market. Ambitieux projet ancré dans le programme de réforme économique de la Chine, le STAR Market est une réponse de la République Populaire de Chine au NASDAQ et aux contraintes/problèmes y ayant trait.

Ce marché boursier national été conçu pour rassembler et financer les entreprises technologiques à croissance rapide du pays et jeter les bases d’un système financier plus sain, donc plus attrayant pour les investisseurs étrangers. En filigrane, ce projet soutient le projet de faire de Shanghai un véritable centre financier mondial.

Star 50 Market logo

Le STAR Market a été lancé le 22 juillet 2019 avec 25 premières entreprises pour lesquelles les investisseurs ont montré un fort engouement dès le premier jour de cotation. En parallèle, les autorités financières chinoises avaient expliqué que l’indice associé à ce marché, surnommé le SSE STAR 50, serait lancé le 11e jour de bourse suivant la cotation de 30 sociétés au sein du marché STAR. Un an plus tard, ce fut chose faite.

En effet, depuis le lancement du marché technologique STAR, plus d’une centaine d’entreprises sont devenues publiques, avec une capitalisation boursière totale de 1,5 billion CNY (210 milliards USD) en mai 2020. La bourse concurrente du NASDAQ a attiré nombre d’entreprises de haute technologie, les demandes d’introduction en bourse pleuvant littéralement ces derniers mois, malgré la crise du Covid-19. Mi-juin, plus de 340 entreprises avaient postulé pour être inscrites sur le marché STAR.

L'indice STAR 50

L’indice STAR 50 (de son nom complet le SSE STAR Market Constituent 50 Index) se compose de 50 entreprises cotées (quasi toutes inconnues dans nos contrées occidentales) sur le STAR, avec un niveau de départ de 1000 points initialement basés sur les cours au 31 décembre 2019. Actuellement, pour être incluse dans l’indice, une action chinoise doit être échangée publiquement sur le STAR Market depuis au moins six mois. L’indice fixe une limite de poids de 10 % pour un seul constituant et la somme des poids des 5 principaux constituants ne doit pas dépasser 40 %. Un mécanisme d’ajustement périodique trimestriel est mis en place pour refléter les évolutions du marché.

Nous y retrouvons un peu de tout. Les 50 entreprises de l’indice sont en effet :

  • Représentatives : elles représentaient, fin mai et au regard du STAR Market, 61 % de la capitalisation boursière totale, des revenus, des dépenses de R&D, du résultat net, des flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles ;
  • Diversifiées : technologies de l’information, biotechnologie, industrie de pointe et autres industries de hautes technologies à potentiel disruptif ;
  • Innovantes : les entreprises de l’indice sont très orientées R&D, en moyenne, plus de 13 % des revenus consacrés.

L’indice STAR 50 a été coté pour la première fois le 23 juillet 2020 … Pour s’effondrer de plus de 7 % un jour plus tard. Ce fut plus que temporaire ! En effet, à l’heure d’écrire cet article (le 5 août 2020), l’indice STAR 50 évolue à 1588,62 points, soit une hausse de près de 60 % en à peu près 2 semaines.

L'indice Hang Seng Tech

Et cet indice STAR 50 n’était que le début. En effet, quelques jours plus tard naissait l’indice Hang Seng Tech (de son nom complet Hang Seng Internet & Information Technology Index, abrégé HSIII) sur le marché de Hong Kong. Ce second indice est axé sur les 30 plus grandes entreprises technologiques chinoises cotées dans la ville. Et cette fois, nous y retrouvons des noms connus (Alibaba, Tencent, JD.com, etc.).

En backtesting, l’indice Hang Seng Tech Index aurait augmenté de 45,5 % cette année jusqu’au 17 juillet et de 36 % en 2019. En comparaison, l’indice NASDAQ-100 a augmenté de 18,4 % au cours de la même période et de 35 % en 2019.

Le Hang Seng Tech Index est un indice encore plus proche de la philosophie du NASDAQ-100. En effet, contrairement au STAR 50 ou à certains indices plus classiques comme le MSCI China ou le Shanghai Composite, tous hétérogènes, nous sommes vraiment en face d’un panel constitué à 100 % de valeurs technologiques pures et dures :

  • Alibaba, grande plateforme de commerce B2B en ligne (comme Amazon) ;
  • Tencent, spécialisée dans les services internet et mobiles ainsi que la publicité en ligne (comme Facebook & Google) ;
  • Meituan Dianping, active dans les achats de groupes de nourriture, produits de consommation et autres services (comme Grubhub & Groupon) ;
  • JD.com, initialement spécialisée dans la vente d’appareils électroniques, elle distribue des produits grand public (comme Amazon) ;
  • NetEase, qui fournit des services en ligne axés sur le contenu, la communauté, les communications et le commerce (comme Google).

Le nouvel indice (Hang Seng Tech Index, NDLR) est essentiel pour permettre aux gestionnaires de fonds d'introduire davantage d'ETF et d'autres produits d'investissement pour investir dans des sociétés technologiques.

Bruno Lee, président de la Hong Kong Investment Funds Association

Initialement lancé à 6,677 points le 27 juillet 2020, l’indice évolue actuellement (le 5 août 2020) à 7547 points, soit une hausse de 13 % en un peu plus d’une semaine. Pour plus d’informations sur cet ETF, rendez-vous sur cet article de Transaction Bourse.

Comment investir en pratique sur ces indices technologiques chinois ?

Bref, il y a désormais de quoi faire côté indices technologiques chinois ! Mais comment y investir, d’un point de vue pratico-pratique ? Quels ETF choisir ? Là, ça se complique. Bien que l’ambition derrière ces nouveaux indices soit de concurrencer leurs équivalents américains, ces indices chinois reste encore difficilement accessibles pour nous, investisseurs européens.

C’est compréhensible : ces deux indices sont jeunes et les gestionnaires d’actifs qui proposent des ETF sur le marché européen doivent remplir toute une série de documents pour se conformer au règlement européen PRIIPs (et être labellisés UCITS). Par exemple, le désormais bien connu document KID (Key information Document).

Mis à jour 24 janvier 2021 :  les choses avancent. En décembre 2020, HSBC Global Asset Management a annoncé le lancement du HSBC Hang Seng Tech UCITS ETF. L’ETF est notamment proposé sur Euronext Paris, et facture un TFE de 0,5 % ce qui reste raisonnable pour un ETF thématique, qui plus est chinois. Enfin, il est d’ores et déjà accessible chez DEGIRO (voir notre analyse du courtier).

STAR 50, Hang Seng Tech : ces indices tech chinois qui défient le NASDAQ 2

Conclusion

La création de ces nouveaux indices est un pas de plus de la part de la Chine vers son émancipation totale de la sphère d’influence financière américaine. 

Bien que le marché STAR soit orienté vers le secteur technologique privé chinois, le Hang Seng Tech de Hong Kong quant à lui inclut des valeurs publiques telles qu’Alibaba ou Tencent.

Ces deux approches complémentaires seront amplifiées par la prochaine cotation d’Ant Group, la filiale financière d’Alibaba, qui a annoncé cette semaine qu’elle prévoyait un lancement conjoint, évalué à 10 milliards de dollars ou plus, sur les deux places de marchés chinois.

 

 
 
 
Rue de Hong Kong

Un premier ETF UCITS Hang Seng Tech est d’ores et déjà disponibles en Europe. Lorsque d’autres ETF dédiés à ces nouveaux indices technologiques chinois apparaîtront, soyez assurés que nous vous en parlerons sur Investiforum !

STAR 50, Hang Seng Tech : ces indices tech chinois qui défient le NASDAQ 3
Note actuelle
Cliquez pour noter cet article !
[Total: 3 Moyenne: 4.3]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.