Investir dans l’hydrogène avec le fonds passif L&G Hydrogen Economy UCITS

Hydrogène et énergie ont une longue histoire commune. Léger, stockable, dense en énergie et ne produisant aucune émission directe de polluants ou de gaz à effet de serre, l’hydrogène présente beaucoup d’avantages. C’est le candidat idéal pour décarboner nos sociétés et à cet effet, il devrait devenir prépondérant dans le mix énergétique de demain. En pleine effervescence ces dernières années, l’économie de l’hydrogène se développe à grands pas. Découvrez comment l’ETF L&G Hydrogen Economy UCITS vous permettra de miser sur cette mégatendance !

Avant de continuer …

Abonnez-vous à notre actualité et restez à jour dès qu’un nouvel article est publié !

Investir dans l'hydrogène avec le fonds passif L&G Hydrogen Economy UCITS 1

Table des matières

L'économie de l'hydrogène, un pari sur l'énergie du futur

Une énergie pas si nouvelle, en plein développement

L’hydrogène est clairement l’un des sujets brûlants du moment. Entre soutien officiel de la part de l’Union européenne, cotations de nouvelles entreprises (comme Hydrogen Refueling Solutions) ou effervescence dans le monde des startups (comme HYCCO sur WiSEED), le mot est sur toutes les lèvres.

Pourtant, le concept n’est pas neuf : les premières tentatives de voitures à hydrogène datent des années 1980. Depuis les années 2000, plus de 200 projets s’attèlent à convertir l’électricité et l’eau en hydrogène afin de réduire nos émissions polluantes ou pour soutenir l’intégration des énergies renouvelables dans le système énergétique.

Investir dans l'hydrogène avec le fonds passif L&G Hydrogen Economy UCITS 2
Le dihydrogène est la forme moléculaire de l'élément hydrogène qui existe à l'état gazeux aux conditions normales de température et de pression. Sa formule chimique est H₂. Il est également appelé « hydrogène moléculaire » ou, à l'état gazeux, « gaz hydrogène »

L'hydrogène, pierre angulaire de la transition énergétique

L’hydrogène peut en effet nous aider à relever divers défis énergétiques critiques, notamment en permettant de stocker la production variable des énergies renouvelables comme le solaire photovoltaïque et l’éolien et ainsi mieux répondre à la demande. Il offre des moyens de décarboner de nombreux secteurs de nos économies modernes : aviation, industrie chimique ou encore métallurgie, des secteurs où réduire de manière significative les émissions s’avère chaque fois difficile. Cela peut également contribuer à améliorer la qualité de l’air et à renforcer la sécurité énergétique.

L'hydrogène connaît aujourd'hui une dynamique sans précédent, portée par les gouvernements qui importent et exportent de l'énergie, ainsi que par l'industrie des énergies renouvelables, les services publics d'électricité et de gaz, les constructeurs automobiles, les sociétés pétrolières et gazières, les grandes entreprises technologiques et les grandes villes. Le monde ne devrait pas manquer cette chance unique de faire de l'hydrogène un élément important de notre avenir énergétique propre et sûr.

Fatih Birol, économiste et expert en énergie (juin 2019) Tweet

Il est possible de produire de l’hydrogène grâce à une grande variété de carburants : énergies renouvelables, nucléaire, gaz naturel, charbon ou encore pétrole. L’hydrogène peut être transporté sous forme de gaz par des pipelines ou sous forme liquide par des navires, tout comme le gaz naturel liquéfié. Il peut également être transformé en électricité et méthane pour alimenter les maisons et alimenter l’industrie, et en carburants pour les voitures, les camions, les navires et les avions. 

Pour creuser le sujet, nous vous recommandons chaudement le livre « Hydrogène, le nouveau pétrole » de Thierry Lepercq.

Le momentum mondial s’oriente de plus en plus vers la réduction des émissions de carbone, avec notamment un soutien européen du secteur de l’hydrogène. Politiques gouvernementales à faible émission de carbone, progrès technologiques et composants moins chers facilitent la croissance de l’économie de l’hydrogène. Elle devrait valoir 2,5 billions de dollars en revenus et 11 billions de dollars de potentiel d’infrastructure d’ici 2050.

Demande mondiale d'hydrogène par secteur dans le scénario de développement durable, 2019-2070
Demande mondiale d'hydrogène par secteur dans le scénario de développement durable, 2019-2070. Source et détail des données

L'hydrogène a ses défauts

L’hydrogène n’est hélas pas exempt de défauts. Premièrement, c’est un gaz qui reste plus dangereux que les carburants traditionnels (très inflammable, nocif s’il est respiré, etc.). De plus, la production d’hydrogène à partir d’énergies renouvelables (hydrogène « vert ») reste coûteuse à l’heure actuelle. Ce faisant, l’hydrogène utilisé aujourd’hui en industrie est presque entièrement produit à partir de gaz naturel et de charbon, donc polluant lors de sa production (hydrogène « gris »). Enfin, les infrastructures d’hydrogène sont encore peu développées (un gaz ne se manipule pas comme un liquide) ce qui freine l’adoption généralisée de cette énergie.

L'ETF L&G Hydrogen Economy UCITS

Analyse en date du 21 février 2021.

Informations clés



Les 5 lignes principales de l'ETF (38% des actifs)

Pondération géographique de l'indice

Bien que l’indice sous-jacent date de fin 2018, l’ETF L&G Hydrogen Economy UCITS est quant à lui très récent. Il a en effet été lancé 2 semaines avant la rédaction de cet article. L’ETF permet aux investisseurs de s’exposer à l’économie de l’hydrogène sur le long terme, tout en accompagnant la transition vers une société à faible émission de carbone. L’occasion pour Legal & General Investment Management (LGIM) de répondre à une demande croissante de ses clients et investisseurs potentiels.

L’ETF est coté à la Bourse de Londres (HTWO, en USD), à la Deutsche Boerse (HTWLW, en EUR), à la Borsa Italiana (HTWO, en EUR) et au Six Swiss Exchange (HTWO, en CHF). DEGIRO propose d’ailleurs celui coté à la Borsa Italiana (HTWO).

Investir dans l'hydrogène avec le fonds passif L&G Hydrogen Economy UCITS 4

Attention, investir comporte des risques de perte.

L'accès à l'hydrogène propre sera essentiel pour réduire les émissions dans les industries plus difficiles à réduire où l'électrification seule ne suffit pas. Les engagements pris en faveur de l'économie de l'hydrogène par les gouvernements et les entreprises du monde entier créent des opportunités d'investissement à long terme avec des catalyseurs à court terme. Nous pensons que ce fonds offre aux investisseurs un accès anticipé à ce secteur en évolution rapide.

Howie Li, Head of ETFs chez Legal & General Investment Management (LGIM)

LGIM n’en est d’ailleurs pas à son premier coup dans le thème de la Greentech. Rappelons que le gestionnaire propose déjà, depuis quelque temps, ses ETF L&G Clean Energy UCITS et L&G Battery Value-Chain UCITS, notamment. 

L’ETF et son indice incluent des entreprises engagées à chaque étape de la chaîne de valeur de l’hydrogène :

  • Production d’hydrogène ;
  • Infrastructure de distribution d’hydrogène ;
  • Production de piles à combustible ;
  • Fourniture de composants de piles à combustible ;
  • Stockage d’énergie à base d’hydrogène ;
  • Véhicules électriques à pile à combustible ;
  • Transport à base d’hydrogène ;
  • Propriétaires de technologies de l’hydrogène ;
  • Applications à base d’hydrogène.

Les entreprises tirant des revenus de l’exploitation de centrales au charbon sont pénalisées, voire exclues de l’indice (approche ESG). La liste des sociétés sélectionnables par l’indice est actualisée chaque semestre, en mai et novembre. 

Toutes les lignes de l’indice sont initialement équipondérées (poids égaux), mais certaines limites de pondération (capping) basées sur la liquidité modifient les pondérations pour garantir que les titres à faible liquidité ne soient pas surreprésentés. Pour plus de détails, direction la section 2.3 de la méthodologie de l’indice.

Investir dans l'hydrogène avec le fonds passif L&G Hydrogen Economy UCITS 5
L'hydrogène à partir d'énergies renouvelables peut être produit par diverses voies, la plus établie étant l'utilisation d'électricité renouvelable pour diviser l'eau en hydrogène et en oxygène dans un électrolyseur. L'objectif étant de produire cet hydrogène vert tant désiré pour faciliter et optimiser la transition énergétique. De nombreuses entreprises sont justement actives sur ce créneau industriel. Vous pourrez vous y exposer via l'ETF L&G Hydrogen Economy UCITS.

Du graphe plus haut, nous pouvons voir que les 5 premières lignes sont actuellement :

  • FuelCell Energy (NASDAQ:FCEL) : une société américaine d’électricité à pile à combustible. Elle conçoit, fabrique, exploite et entretient des centrales électriques à pile à combustible fonctionnant au gaz naturel et au biogaz. Cette action est actuellement surpondérée au sein de l’indice/ETF et a été fortement mise en avant ces derniers temps.
  • Plug Power (NASDAQ:PLUG) : une entreprise américaine spécialisée dans le développement de piles à combustible à hydrogène pour remplacer les batteries conventionnelles dans les équipements et les véhicules fonctionnant à l’électricité.
  • ITM Power (LON:ITM) : un fabricant britannique d’électrolyseurs pour la production d’hydrogène par séparation électrochimique de l’eau en hydrogène et oxygène. Un élément très utile pour stocker l’énergie renouvelable et produire cet hydrogène vert tant désiré.
  • Bloom Energy (BE) : une société américaine de services énergétiques qui installe des piles à combustible dans les locaux d’entreprises tierces et qui vend ensuite l’électricité que ces piles génèrent.
  • Ballard Power Systems (TSE:BLDP) : un développeur et fabricant canadien de produits de piles à combustible à membrane échangeuse de protons (PEMFC) pour divers marchés.

Comme valeurs françaises, notons la présence d’Air Liquide (EPA:AI), leader des gaz médicaux et industriels. La small cap McPhy (EPA:MCPHY) ne s’y trouve pas encore, en tout cas pour l’instant.

Analyse de performances

Investir dans le secteur de l’hydrogène, c’est investir dans une mégatendance de long terme dont les fruits ne pourront être pleinement appréciés que dans plusieurs années, voir des décennies.

Il est donc nécessaire, ici plus que jamais, de ne pas prendre le passé comme gage des performances futures. Qui plus est, l’ETF L&G Hydrogen Economy UCITS étant jeune (créé en février 2021), l’analyse de performance va se baser sur son sous-jacent, le Solactive Hydrogen Economy Index NTR, existant depuis fin 2018.

Nous pourrons voir si cette thématique d’investissement apporte un plus jusqu’à présent, si elle génère de la surperformance vis-à-vis d’indices plus classiques comme le MSCI World. Voire par rapport à un indice d’énergies propres comme le S&P Global Clean Energy, plus généraliste ?

Performances des indices depuis le 1er janvier 2019 (en % de croissance)

Indéniablement, il apparaît que la thématique de l’économie de l’hydrogène est en pleine croissance, bien plus que l’indice MSCI World. L’indice S&P Global Clean Energy, bien connu pour être répliqué par des ETF comme l’iShares Global Clean Energy UCITS, n’est cependant pas en reste.

Il semble donc bien y avoir une surperformance. Néanmoins, le secteur de l’hydrogène (et celui des énergies propres de manière générale) reste risqué, compétitif et très chèrement valorisé. Des inquiétudes grandissent d’ailleurs quant à une éventuelle bulle sur les actions vertes. Qui plus est, soulignons que l’ETF L&G Clean Energy UCITS est assez concentré (28 lignes) et peu diversifié sectoriellement (inévitable dans ce type d’investissement thématique), ce qui n’est pas sans risque ici aussi. Le risque global de l’ETF est estimé à 6 sur une échelle de 7 (soit le même risque qu’un ETF pays émergents).

Conclusion

L’hydrogène est clairement un des mots à la mode actuellement. Cet élément est attendu comme une des pierres angulaires dans la production d’énergie sans carbone, à même de soutenir la transition énergétique mondiale. L’hydrogène pourrait répondre à 24 % de la demande énergétique mondiale d’ici 2050, selon des analyses de l’Union européenne.

Camion rechargeant son hydrogène

De nombreuses entreprises sont actives dans l’économie de l’hydrogène. Les plus grandes entreprises (comme Air Liquide ou Linde) sont des producteurs d’hydrogène principalement gris (polluant, car produit à partir d’énergies fossiles). En parallèle, de plus petites entreprises de niche (McPhy, ITM Power ou encore FuelCell Energy) se concentrent sur des aspects spécifiques de l’hydrogène. Notamment afin de généraliser la production d’hydrogène vert (produit par des énergies renouvelables et sans polluer).

Le secteur reste risqué, compétitif et très chèrement valorisé. Ce faisant, pour accompagner au mieux cette mégatendance de l’économie de l’hydrogène, nous vous conseillons de passer par un ETF. Ce dernier permettra de diluer le risque par rapport à du stock picking, tout en dégageant des rendements plus qu’appréciables ! Et à cet effet, l’ETF L&G Hydrogen Economy UCITS, basé sur l’indice Solactive Hydrogen Economy Index NTR, est l’un des rares ETF UCITS permettant une exposition ciblant spécifiquement le thème de l’hydrogène. Comparé à son concurrent direct, le VanEck Vectors Hydrogen Economy UCITS (HDRO), il est qui plus est le moins cher en frais.

Investir dans l'hydrogène avec le fonds passif L&G Hydrogen Economy UCITS 6
Note actuelle
Cliquez pour noter cet article !
[Total: 1 Moyenne: 5]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.