DEGIRO : verdict après 3 ans d’utilisation du broker low-cost

Après vous avoir présenté BUX il y a quelques semaines, place à notre deuxième courtier favori : DEGIRO. Actif dans nos contrées depuis plusieurs années et récemment passé sous pavillon allemand, DEGIRO propose un bon équilibre entre des frais bas et une offre fournie. Présentation et analyse personnelle du courtier après 3 ans d’utilisation.

Avant de continuer …

Abonnez-vous à notre actualité et restez à jour dès qu’un nouvel article est publié !

DEGIRO : verdict après 3 ans d'utilisation du broker low-cost 1

Table des matières

DEGIRO : verdict après 3 ans d'utilisation du broker low-cost 2

DEGIRO : un broker low-cost en forte croissance en 2019

À l’heure de rédiger cet article, plus de 600.000 investisseurs issus de 18 pays se sont inscrits chez DEGIRO, ce broker paneuropéen fondé en 2008 à Amsterdam par d’anciens employés de Binck Bank. En décembre 2019, la société allemande Flatex AG a annoncé qu’elle allait acquérir DEGIRO en vue de créer un champion du courtage en Europe. L’entreprise résultante vise plus d’un million de clients et plus de 35 millions de transactions exécutées en 2020. Fin 2019, DEGIRO comptabilisait à lui seul 481 614 clients et 19 158 941 transactions là où, mi-2019, Flatex AG comptait 313 273 clients et 5 791 626 transactions. Les objectifs post-acquisition sont donc tout à fait réalistes.

2019 restera dans les mémoires comme une année historique pour DEGIRO, au cours de laquelle nous avons poursuivi notre croissance à travers l'Europe, puis franchi une étape importante en joignant nos forces à celles de Flatex. Désormais, un nouveau chapitre passionnant commence dans l'histoire de DEGIRO qui se traduira par la création du champion européen du courtage en ligne en investissement autogéré.

Esmond Berkhout, CEO de DEGIRO (Communiqué DEGIRO du 20 février 2020, traduit de l'anglais par Investiforum)

Les résultats du 1er semestre 2020 ne disent en tout cas pas le contraire : la croissance du courtier en ligne DEGIRO se poursuit sans relâche. La plateforme a accueilli pas moins de 217 548 nouveaux clients au premier semestre (+ 265%). Cela porte le nombre total de comptes à la fin du deuxième trimestre à 633 175, soit 52% de plus qu’à la fin de la même période en 2019. Et c’est un total de 24,5 millions de transactions qui ont été traitées au premier semestre 2020, 169% de plus par rapport à la même période en 2019.

Evolution des chiffres du broker low cost DEGIRO entre 2013 et 2020

DEGIRO souligne l’augmentation des jeunes investisseurs parmi ses comptes actifs : en effet, en janvier et février 2020, 75 % des nouveaux comptes étaient liés à des investisseurs de moins de 40 ans. La bourse séduit de plus en plus, le krach boursier de 2020 et le confinement aidant. 

Soyons clair : c’est une bonne chose ! Je pense en effet qu’il est bon de s’intéresser aux investissements le plus tôt possible. Ceci permet de faire ses armes assez tôt, d’apprendre (jetez d’ailleurs un œil à notre section dédiée) et de bénéficier de la magie des intérêts composés. Investir se pratiquant à long terme, au plus tôt vous commencerez, au mieux ce sera pour votre capital !

Illustration-interets-composes
Commencer à investir jeune permet de profiter pleinement de la force des intérêts composés. Et un broker à faibles coûts vous permettra d'optimiser vos frais d'investissement, préservant votre rendement dans la foulée.

Quant à l’afflux sur DEGIRO en particulier, j’y vois une recherche de frais bas pour investir facilement en bourse, ce que DEGIRO, à mes yeux, incarne parfaitement comme d’autres courtiers.

L'offre de DEGIRO : top pour débuter en bourse et plus encore

Les types de compte

Vous pouvez devenir client chez DEGIRO pour peu que vous résidiez dans l’un des 18 pays dans lesquels le courtier est actif (la France et la Belgique en font notamment partie). Vous devez également détenir un compte bancaire dans un état membre de l’Espace Économique Européen, en Norvège ou en Suisse. 

DEGIRO : verdict après 3 ans d'utilisation du broker low-cost 3

L’inscription est très simple, basée sur un processus dématérialisé et automatique. En tant qu’investisseur particulier, vous aurez accès à différents types de comptes suivant votre profil et ce que vous voulez faire.

Bureau DEGIRO

Avant d’entrer dans le détail des profils, clarifions d’abord le concept de prêt de titreEn pratique, lorsque vous investissez sur DEGIRO, vous détenez bel et bien des actifs. Cependant, DEGIRO se réserve le droit de les prêter, par exemple, à d’autres investisseurs de la plateforme pratiquant de la vente à découvert (VAD). 

Est-ce dangereux ? Pas vraiment. Pour faire simple, les risques de prêt de titres sont gérés chez DEGIRO en ce sens que le courtier est la ‘’contrepartie’’. De plus, DEGIRO exige une garantie de la part de l’emprunteur. Finalement, un client DEGIRO dont les actifs sont prêtés ne sera réellement impacté que lorsque la partie emprunteuse et DEGIRO ne seront pas en mesure de remplir leurs obligations (insolvabilité). Pour plus de détails sur le prêt de titres, nous vous redirigeons vers cet excellent article rédigé par l’Écho

Ceci étant dit, attardons-nous maintenant un peu sur les caractéristiques de chaque profil :

  • Basic : proposé par défaut lorsque vous vous inscrivez sur DEGIRO, ce compte permet d’investir au comptant via des positions long sur les actifs financiers. Ce type de compte ne permet pas l’utilisation de produits dérivés, d’effet levier (hors ETF) ou encore la VAD (hors ETF short).
  • Active : ce type de compte débloque l’utilisation de produits dérivés, de la VAD (shorting selling) et de l’effet de levier (de façon limitée).
  • Trader : via ce compte, vous aurez accès aux mêmes fonctionnalités que le profil Active, mais l’effet de levier pourra être pleinement utilisé (sans limitation). À vos risques et périls !
  • Day Trader : amélioration du profil Trader, ce profil vous permet de négocier plus activement pendant certaines plages horaires. C’est un compte spécialisé, à ne pas mettre entre toutes les mains.
  • Custody : avec le profil Custody, vos titres ne peuvent plus être prêtés ce qui peut être bénéfique si DEGIRO venait à rencontrer des problèmes financiers. Cependant, ce profil s’accompagne de frais additionnels, notamment vis-à-vis de la distribution des dividendes (1 € + 3,00%).

Notez que quel que soit le profil choisi, les tarifs de courtage (sur lesquels nous reviendrons plus bas) restent identiques. Le changement de profil n’entraine aucune facturation et est effectif immédiatement, sauf pour le profil custody pour lequel ce n’est pas possible  !

Très honnêtement, je pense que le profil Basic suffira la plupart du temps, d’autant plus si vous débutez en bourse et que vous souhaitez investir activement, simplement et à moindres frais. J’utilise le profil Basic depuis mon inscription chez DEGIRO, n’ayant pas de craintes particulières vis-à-vis du prêt de titres et étant confiant dans la stabilité de DEGIRO (d’autant plus depuis l’acquisition par flatex).

Les garanties financières

DEGIRO est un courtier régulé par plusieurs autorités financières compétentes. Il est soumis à la surveillance de l’Autoriteit Financiële Markten, l’autorité des marchés financiers des Pays-Bas, mais aussi à la Banque centrale néerlandaise. DEGIRO est également enregistré auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) en France. 

Chez DEGIRO, vos actifs sont ségrégués (séparés) des actifs du courtier. Dans l’hypothèse où DEGIRO rencontrerait des difficultés financières ou ferait faillite, vos investissements ne pourraient pas être utilisés pour rembourser d’éventuelles dettes de DEGIRO. Vos avoirs seront alors conservés au sein de l’entité dépositaire distincte. Enfin, en cas d’insolvabilité complète de DEGIRO, le système d’indemnisation des investisseurs néerlandais (connu sous le nom de Beleggerscompensatiestelsel) s’applique et garantira un montant maximum de 20 000 euros par personne et par établissement.

Pour les investisseurs belges, Nous avons contacté DEGIRO pour avoir plus de précisions pour les investisseurs belges et mettrons à jour ce paragraphe une fois la réponse reçue.

Enfin, avec son rachat par flatex, les garanties vont plus loin. Grâce à flatex, les investisseurs sur DEGIRO auront un compte espèce à leur nom auprès d’une banque agréée, dont les liquidités (et non les actifs) seront garanties à hauteur de 100 000€, conformément au système allemand de garantie des dépôts.

Le courtier offre donc un environnement de confiance à ses clients, tant au niveau de leurs liquidités qu’au niveau de leurs actifs.

Les frais

Les frais. Le nerf de la guerre pour un courtier, tant la lutte est rude pour proposer les frais les plus attractifs aux investisseurs. Posons d’emblée ce constat : DEGIRO est clairement selon nous l’un des meilleurs à ce niveau, au regard de sa grille tarifaire. Je me baserai pour la suite sur le profil Basic, le plus commun et le plus adapté au plus grand monde.

Premièrement, notons l’absence totale de frais de garde, de frais de virement bancaire entrant/sortant, de frais de clôture de compte, de frais de gestion, de frais d’inactivité, de frais d’annulation d’ordre ou encore de frais sur la distribution de dividendes et coupons (contrairement au profil Custody). Enfin, le transfert de votre portefeuille vers DEGIRO est gratuit (sous conditions).

En termes de frais boursiers, le courtier DEGIRO propose des tarifs très bas, presque inégalés. En effet, comme nous l’expliquions récemment, il est désormais possible de trouver du Zéro Frais sous certaines conditions.

DEGIRO : verdict après 3 ans d'utilisation du broker low-cost 4
Quand on investit mensuellement, les frais comptent ! Alors autant choisir un courtier qui vous proposera les frais les plus bas & compétitifs.

DEGIRO compare d’ailleurs ouvertement ses frais par rapport à d’autres courtiers bien connus, tels que Binck, Boursorama ou encore Bourse Direct (ce dernier proposant déjà lui-même des frais assez bas). Le constat est clair : lorsqu’il s’agit d’acheter des actions ou des ETF, DEGIRO propose des frais défiant toute concurrence. Et ce, sur les marchés européens comme sur les bourses américaines.

Certaines places sont même presque sans frais, à l’instar d’Euronext Paris et Bruxelles où une transaction en action vous coûtera à peine … 0,04% de frais (ainsi, pour 1000 € de transaction, il vous en coutera 0,4 € de frais). Sur les marchés américains, il vous en coutera 0,50 € de base + 0,004 USD (~ 0,003 €) par action. Soulignons néanmoins certains coûts un peu plus élevés sur certaines places boursières, comme XETRA, Euronext Amsterdam, le London Stock Exchange ou encore les bourses nordiques. C’est dommage ! D’autant que comme expliqué plus haut, certains concurrents proposent, eux, des frais plus bas voire inexistants sur ces marchés (notamment Euronext Amsterdam).

Quant aux ETF, les frais s’élèveront à 2,00 € + 0,02% du montant de la transaction, quelle que soit sa place de cotation. Il existe cependant une petite subtilité bien agréable sur laquelle nous reviendrons plus bas.

ActifFrais de courtage (hors taxes nationales)
AB InBev pour 100 € (Euronext Bruxelles)0,04 €
Total pour 10 000 € (Euronext Paris)4,00 €
Tesla (320$/action) pour 5 000 € (NASDAQ)0,54 €
Volkswagen pour 2 000 € (XETRA)4,8 €

Notez cependant que certains frais existent. Ils seront souvent spécifiques de certains cas précis ou de certains types de profils (autres que le profil Basic, par exemple). Ils n’en restent pas moins mentionnés dans la grille tarifaire, en toute transparence. Notons en vrac :

  • Des frais de change : par défaut, le change est automatique et est facturé 0,10% du montant total de l’ordre. Ces frais sont directement inclus dans le taux de change.
  • Des frais de connexion aux places boursières : 2,50 € par an et par place boursière (max 0,25% de la valeur du portefeuille), hors Euronext Bruxelles et Paris.
  • Des frais sur les dividendes en actions : 7,50 € par transaction.
  • Des frais sur le transfert sortant de votre portefeuille : 10,00 € par ligne, hors coûts externes.
  • Des frais variables pour l’accès aux données en temps réel : variable suivant les places de marchés. Euronext n’est pas concerné.
Concernant ce dernier point, notons que DEGIRO est le seul courtier proposant des prix en temps réel gratuits sur les marchés américains : dès que vous aurez effectué une transaction sur les actions américaines chez DEGIRO, vous recevrez dans les 24h un accès gratuit aux données US en temps réels. Vous continuerez à recevoir ces données gratuitement jusqu’à la fin du mois suivant. Ainsi, si un investisseur effectue une transaction le 1er octobre sur une bourse américaine, les prix en temps réel seront automatiquement activés gratuitement jusqu’à la fin du mois suivant (30 novembre dans cet exemple).
 
Enfin, nos calculs et discussions ci-dessus n’incluent pas les taxes boursières nationales, sur lesquelles DEGIRO n’a aucun pouvoir.

La gamme d'ETF sans frais de courtage : idéal pour le lazy investing

Sur Investiforum, nous sommes friands du lazy investing, cette approche qui consiste à investir dans des ETF le plus simplement possible, sans fioritures. Nous vous recommandons d’ailleurs les 2 très bons livres d’Edouard Petit « Épargnant 3.0 » et « Créer et piloter un Portefeuille d’ETF » à ce sujet.

Cette approche implique généralement une optimisation des frais … Qui passera notamment par le choix d’un courtier à bas frais, évidemment. DEGIRO remplit déjà amplement ce rôle pour du lazy investing, mais le courtier possède une caractéristique qui facilite encore plus cette approche : sa liste d’ETF sans frais de courtage.

Concrètement, chaque mois, la première transaction réalisée sur un ETF de cette liste est gratuite, qu’elle soit à l’achat ou à la vente, et qu’importe son montant. De plus, les transactions suivantes sur ce même ETF seront également gratuites, à condition que :

  • Le montant de l’ordre soit de 1 000 € minimum (ou 1000 $, etc.).
  • L’ordre soit dans le même sens que la première transaction exécutée sur ce produit durant le même mois (par exemple, des ordres d’achats successifs). Dès lors qu’un ordre de sens opposé sera exécuté sur ce même ETF dans le courant du même mois, la règle ne s’appliquera plus et les frais normaux seront facturés. Dans une approche lazy, ce n’est clairement pas un souci !
Voilà donc une belle initiative proposée par DEGIRO pour celles et ceux qui désirent investir de petites sommes chaque mois dans des ETF. Ladite liste est disponible en quelques clics sur la plateforme DEGIRO. On regrettera néanmoins la grande proportion d’ETF distribuant des dividendes (au détriment des ETF capitalisants).
DEGIRO : verdict après 3 ans d'utilisation du broker low-cost 2

La fiscalité : pas mal, mais peut mieux faire !

Abordons maintenant la partie moins aguichante : la fiscalité de vos investissements chez DEGIRO.

Premièrement, français et françaises qui nous lisez, faites une croix sur le PEA : ce dernier n’est pas pris en charge par DEGIRO. Il est assez regrettable que cette fonctionnalité soit manquante à l’heure d’écrire cet article, ce produit étant a priori en cours de développement depuis bien des mois. Vous devrez donc vous contenter d’un CTO, un compte titre ordinaire, avec la fiscalité qui va avec.

Deuxième pierre d’achoppement, le traitement des dividendes. Pour rappel, un dividende subit deux taxations : une première par le pays d’origine du dividende et une seconde par votre pays fiscal. Par exemple, un résident fiscal belge touchant un dividende français verra ce dernier taxé par la retenue à la source française (30%), puis par le précompte mobilier belge (30% à nouveau). Il aura ainsi perdu plus de la moitié du dividende en taxes.

DEGIRO : verdict après 3 ans d'utilisation du broker low-cost 6

Heureusement, des conventions fiscales entre pays existent pour diminuer la retenue à la source (dans notre exemple, la retenue française passerait de 30% à 12,8%). Hélas, ces dernières ne sont pas prises en charge par DEGIRO, ce qui implique que vous ne bénéficierez pas des avantages de ces conventions. Seule exception : les dividendes américains, pour peu de remplir le formulaire W-8BEN qui permet de bénéficier d’une imposition réduite de 30% à 15% sur la majorité des dividendes et coupons US.

Pire ! DEGIRO ne gérant pas du tout cette double taxation, il en résulte que vous recevez des dividendes insuffisamment taxés puisque uniquement taxé à la source ! Il vous incombera donc de vérifier, selon votre fiscalité, si vous devez déclarer ou non les dividendes perçus via DEGIRO, pour éviter d’être considérer comme un fraudeur. En Belgique, pour rappel, une exonération partielle des dividendes existe. Elle vous permet de récupérer une partie du précompte mobilier belge et d’exonérer une partie de vos dividendes étrangers.

Enfin, DEGIRO gère correctement les taxes boursières nationales, qu’il s’agisse de la Taxe de Transaction Financière (TFF) en France ou encore la Taxe sur les Opérations Boursières (TOB) en Belgique. Un confort administratif bienvenu et activé par défaut lorsque vous ouvrez un compte.

La plateforme : simple, mais efficace

Côté web ...

La plateforme web (appelée Webtrader) propose toutes les fonctionnalités de base qui peuvent être attendues d’un courtier en ligne. Aperçu des marchés, carnets d’ordre, portefeuille (incluant un détail des plus-values/moins-values, des PRU, etc.),  résumé des dividendes ou encore liste de favoris, vous trouverez tout ce qui est nécessaire pour investir ou trader.

Au cours des prochains mois, DEGIRO a annoncé vouloir ajouter de nombreuses données de marché sur leur plateforme. Ils devraient par exemple proposer très bientôt des vidéos, actualités multimédia, des données comptables et financières, un calendrier économique, des ratios financiers, profils de sociétés et bien plus encore. De quoi enrichir la plateforme et permettre aux investisseurs d’y rester un maximum, sans avoir à aller chercher des informations sur Internet.

... Et côté smartphone

Côté mobile, l’application, bien que plus simple et moins fournie, est tout à fait satisfaisante pour l’utilisation quotidienne qu’on en attendra. À savoir : tenir à l’œil son portefeuille et passer des ordres où que vous vous trouviez !

Mon avis sur DEGIRO après 3 ans d'utilisation

Désormais, l’heure est au bilan. Avant d’utiliser DEGIRO, je suis passé par d’autres courtiers et banques belges qui proposaient des frais plus élevés. J’y ai fait mes armes de novice et au vu des montants qui étaient utilisés pour cet apprentissage, j’ai saisi très tôt l’importance d’optimiser les frais. D’autant plus qu’étant jeune, j’envisage l’investissement sur le (très) long terme et en fractionnant mes positions. J’ai donc rapidement choisi de basculer sur DEGIRO, face à l’argument-choc des frais bas. Et force est de constater qu’après 3 ans d’utilisation, je n’ai jamais regretté ce choix. 

Tant le webtrader que l’appli mobile me permettent de gérer mon portefeuille facilement chaque jour. Les frais sont véritablement bas et la liste d’ETF sans frais me permet d’investir chaque mois sur des tendances/thématiques de conviction (comme les marchés émergents, le smart beta, etc.).

J’aurais néanmoins 2 remarques à faire :

  1. J’aurais aimé que l’intégration de la double taxation soit réalisée, pour pouvoir éviter la taxation abusive et superflue des retenues à la source non conventionnées. Certaines banques et courtiers le font, pourquoi pas DEGIRO ?
  2. J’espère que certains frais d’accès à d’autres marchés boursiers baisseront dans le futur (je pense notamment à l’Allemagne et certaines bourses nordiques). Mais sur ce point, DEGIRO reste tributaire des tarifs imposés par lesdites places boursières, ce qui explique les frais de courtage plus importants.

Enfin, comme fonctionnalités futures, je pense qu’intégrer un programme de robo-advisor associé à de l’investissement automatisé pourrait être intéressant. C’est dans l’air du temps. Ou les fractions d’actions, qui pourraient aussi intéresser pas mal de nouveaux investisseurs (notamment les millenials aux fonds limités).

Conclusion

DEGIRO reste un de nos courtiers préférés. En effet, c’est celui qui associe fonctionnalités les plus abouties et frais résolument bas. Son acquisition par flatex pourrait lui ouvrir les portes d’autres marchés, d’autres segments, tout en permettant la poursuite de son développement.

Quoi qu’il en soit, nous pensons que les frais bas proposés par DEGIRO devraient satisfaire la majorité des investisseurs désireux d’accéder aux marchés de façon simple et autonome. Qu’ils ciblent les actions, les ETF ou d’autres produits via des profils plus spécialisés, DEGIRO nous paraît pleinement capable de proposer bon nombre d’options qui plairont à chacun.

Enfin, on ne le rappellera jamais assez : attention, investir comporte des risques de perte.

Note actuelle
Cliquez pour noter cet article !
[Total: 2 Moyenne: 5]

26 réflexions au sujet de “DEGIRO : verdict après 3 ans d’utilisation du broker low-cost”

  1. Les frais pour le marché belge ou la gratuité des frais pour certains ETF sont un vrai plus.. Tout comme vous j’ai assez vite compris l’intérêt de partir chez Degiro après avoir goûté aux frais des courtiers belges, je préfère investir lesdits frais (successivement, cela peut constituer une somme non négligeable) plutôt que de les « perdre » au profit d’un broker.

    J’ai toutefois une question, lors de mon inscription sur Degiro, j’ai choisi le profil « Custody », erreur dans la mesure où je me rends seulement compte des implications sur la distribution des dividendes (1€ + 3 %). Ce petit détail m’avait échappé lors de l’analyse de la grille tarifaire (j’aurais dû être plus attentif, je n’ai pas d’excuse !).
    Est-il possible de switcher mon compte de Custody vers Basic ? Faut-il passer par le support ou fermer son compte et en rouvrir un ?

    Répondre
    • Bonjour Sébastien,

      Merci pour votre commentaire 🙂

      Malheureusement il semble qu’il ne soit pas possible de switcher d’un custody vers un autre profil classique et vice versa (il n’est possible de switcher qu’entre profils classiques). J’ai ajouté cette précision à l’article.

      Je pense donc qu’il faut soit contacter le support pour transférer vos actifs d’un compte à l’autre (ce qui risque d’être payant), soit fermer le compte custody et en ouvrir un autre. C’est peut-être le plus simple finalement !

      Répondre
      • Merci pour votre retour. C’est effectivement confirmé ce jour par le support de DEGIRO (assez réactif).

        Voici leur réponse :

        « Nous vous informons qu’il n’est pas possible de modifier un compte de type CUSTODY, nous vous invitons à ouvrir deuxième compte de type BASIC.

        Vous avez la possibilité d’utiliser la même adresse email et compte bancaire si vous le souhaitez. »

        Fort heureusement, mon ouverture du compte étant récente, je n’avais que quelques petits actifs dans mon portefeuille DEGIRO, dont je vais brièvement m’en séparer avant de les réacquérir par un compte « Basic » 😉

        Répondre
  2. Bonjour,

    Sur quelle banque sont ségrégués les comptes clients ?
    Cela me paraît important de connaître la fiabilité de la banque.

    Merci

    Répondre
  3. Bonjour,
    étant sur DEGIRO, je ne parviens cependant pas à trouver certains ETF (Kensho, ETFMG Prime Cyber Security, ETF thématique Global X Millennials et d’autres.
    Avez-vous une explication?
    Merci.
    Bien cordialement.

    Répondre
  4. Bonjour,
    Français resident en Belgique, je voulais savoir comment le courtier Degiro (ou autre) communique les pertes/profits à l’administration belge ?
    En France, cela est automatique depuis quelques années.
    Merci
    Kareem

    Répondre
    • Bonjour Kareem,

      Merci pour votre commentaire 🙂 A ma connaissance ce genre d’information n’est pas requis par l’administration belge. L’administration belge veut juste que les taxes de transactions boursières et le précompte mobilier soient payés (ce que DEGIRO gère automatiquement et complètement, en tout cas pour la taxe de transaction boursière ; pour les dividendes, c’est plus compliqué à cause des doubles taxations) et que les résidents fiscaux belges déclarent leurs comptes au Point de Contact Central de la Banque Nationale Belge.

      Hormis ça, nous n’avons pas, en Belgique, de taxes sur les plus-values ou autre qui nécessiteraient de communiquer les pertes/profits. DEGIRO vous enverra chaque année un rapport annuel qui reprendra ces infos, mais c’est pour vous et à vous que c’est envoyé, personne d’autre 😉

      Bonne journée,

      Répondre
      • cela n est vrai que si ton compte titre est domicilié en Belgique, dans le cas contraire tout passe par la communication de revenu étrangers … c est moins agréable

        Répondre
  5. Bonjour,

    Partant du principe des intérêts composés ainsi que la forte taxation des dividendes.
    Il est mieux de partir sur des ETF Irlandais à capitalisation uniquement. Dès lors, le compte custody n’est-il pas idéal? C’est la conclusion que j’ai après beaucoup de lecture, à tort ou à raison? [J’ai l’impression que vous le délaissez dans votre analyse, d’où ma question 😉 ]

    Répondre
    • Bonjour Geoffrey,

      Merci pour votre commentaire 🙂 Il est en effet mieux de partir sur des ETF Irlandais capitalisants pour du long terme et optimiser la taxation.

      Concernant le compte custody, j’en parle dans la limite de mes connaissances, pour la simple et bonne raison que je ne l’utilise pas personnellement :
      – Si on choisit un compte Custody, on ne peut ensuite plus changer par la suite ;
      – J’utilise DEGIRO principalement pour acheter des actions, donc la taxation des dividendes inhérente au profil Custody (1,00€ + 3,00% du dividende (maximum 10%)) me poserait un gros problème. Pour les ETF, je préfère Trading212 qui me permet d’encore plus pousser l’optimisation des frais et l’allocation d’actifs.

      Il est cependant tout à fait juste de se dire que si on désire investir dans des ETF irlandais, qui plus est capitalisants, le Custody est une bonne option. Il vous évitera également de vous poser la question du prêt de titre réalisé par DEGIRO sur un profil Basic, par exemple. Prêt de titre envers lequel je n’ai, personnellement, pas de soucis.

      Bon dimanche 🙂

      Répondre
  6. Petite question, est ce que les positions sont agrégées chez Degiro ou est ce que chaque achat représente une ligne distincte dans votre portefeuille ?

    merci

    Répondre
  7. Bonjour je découvre le site et je commence a acheter des ETF sur degiro du coup .

    Je suis résident belge et j’achète le amundi pea sp500 est ce que c’est con ? ça change quelque chose ? est ce qu’il y a même un pea en belgique et si il y en avait un jour du coup je devrais pas rechanger d’etf ?

    il est pas chère et les performances collent au sp500 (logique) du coup pourquoi ne pas l’acheter ?

    Je compte acheté le world et sp500 et partir pour du long terme pour ne plus chipoter vous en pensez quoi ?
    j’ai posé trop de question mais si je pouvais avoir des réponses ce serait énorme pour moi je vous en remercie

    Répondre
    • Bonjour Shami,

      Merci pour votre commentaire 🙂 Vous ne devriez pas acheter d’etf PEA étant belge, non. L’avantage fiscal du pea est réservé aux français et vous risquez de payer des frais de gestion plus élevés inutilement.

      Vous auriez donc tout intérêt à acheter les versions classiques, « non PEA » dans une optique d’optimisation des frais. Mais c’est vous qui voyez 👍

      Il n’y a pas de PEA en Belgique et même si personne n’est devin, je doute qu’il y ait quelque chose à ce niveau dans les prochaines années chez nous.

      Enfin, concernant votre dernière question, notez bien que l’indice monde est à 66% basé sur les marchés américains, comme visible ici : https://www.msci.com/www/fact-sheet/msci-world-index/05830501

      Vous allez donc être assez redondant en achetant du MSCI World et du S&P 500. Ce n’est pas optimal pour diversifier, répartir les risques et améliorer le rendement sur le long terme. Une combinaison classique est de coupler MSCI World et MSCI Emerging Markets (dans des proportions classiques 88%/11%), voire d’aller tout simplement vers le MSCI ACWI (qui combine les deux indices précédemment cités, dans les proportions proposées) ou le FTSE All World (l’équivalent du MSCI ACWI chez FTSE Russell).

      Pour du long terme, lazy investing sans se prendre la tête, c’est l’idéal.

      Bonne journée ✌️

      Répondre
      • Merci pour vos réponses précises, j’ai remarqué quelque chose aussi que je ne comprend pas et j’avoue ne pas trouver la réponse pour le moment, les etf dividendes réinvesti n’ont pas l’air de faire un très bon % par an alors que dans la performances globale j’imagine qu’il faut compter dividendes annuel + plus value non ?

        Un exemple le msci world et ishares a fait 8,38% par an en moyenne depuis 10 ans en imaginant que les dividendes soit des 3 % il aurait donc fait une plus value de 5,38 % par an ? ça parait peu j’imagine que j’ai fais une erreur et que la performances annuel n’inclut pas directement les divendes réinvesti en tout cas je l’espère.

        Répondre
  8. Bonjour,
    Je viens tout juste de créer un compte DEGIRO et je suis entrain de sélectionner des ETF capitalisants.
    Par contre j’ai une doute… j’ai un ETF qui est proposé à 3 bourses (EAM, XET, MIL). Quel sera la différence pour l’acheter à une de ses bourses? Il y en a une à privilégier en termes de frais? Et en termes de dividendes, Y-a-t-il une de ces 3 qui puisse échapper à la double taxation? Je suis en France.
    Merci par avance

    Répondre
    • Bonjour Catarina

      A vrai dire, la grosse différence va se situer au niveau des volumes journaliers d’échanges. Si vous désirez une meilleure liquidité du titre, il vaudra mieux choisir la bourse avec le plus gros volume, ça permettra d’acheter ou vendre facilement, sans avoir de trop gros écarts de prix.
      Mais en termes de frais, de base, non pas de différence. Notez juste que DEGIRO propose des ETF sans frais de courtage sur certaines places boursières uniquement, donc privilégiez ces dernières, c’est mieux 🙂
      Vis-à-vis de la question sur les dividendes, il me semble que vous parliez d’ETF capitalisant, donc vous n’aurez pas de dividendes. Si vous parlez de la façon dont l’ETF traite en interne les dividendes sous-jacents, la place boursière importe peu : c’est le domicile de l’ETF qui compte (et à cet effet, les ETF domiciliés en Irlande restent le must).

      Bonne soirée 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.