BUX, le Néobroker « Zéro Frais » aux Ambitions de Robinhood Européen

Après un lancement réussi en France en juillet, BUX s’est attaqué il y a quelques jours au marché belge. En quête de toujours plus d’utilisateurs, la fintech batave espère réussir à devenir l’équivalent européen de Robinhood, la célèbre et controversée application américaine pionnière de l’investissement sans frais. Que pouvez-vous attendre de BUX et de sa plateforme BUX Zero ? Ce néobroker est-il vraiment sans frais ? Sous quelles conditions ? Nous faisons le point pour vous après quelques jours de tests. En prime, recevez 1 action gratuite en vous inscrivant chez BUX !

Avant de continuer …

Abonnez-vous à notre actualité et restez à jour dès qu’un nouvel article est publié !

BUX, le Néobroker "Zéro Frais" aux Ambitions de Robinhood Européen 1

Table des matières

BUX, néobroker peu connu ... aux 300 000 utilisateurs

BUX Zero est une fintech néerlandaise dont le nom apparaît de plus en plus fréquemment ces derniers mois. Fondée en 2014, l’entreprise s’est fortement développée en 2020, enchainant les lancements nationaux.

Allemagne, Autriche, Pays-Bas, France, Belgique ou plus récemment Irlande : la fintech accroît au fil des mois son ancrage sur le sol européen. En juillet 2020, le marché français lui a ainsi permis de porter sa base d’utilisateurs globale à plus de 300 000 utilisateurs, faisant de BUX le plus grand néobroker d’Europe.

« Vous avez dit néobroker » ? Ce terme décrit tous les courtiers qui se différencient clairement des courtiers classiques et apportent, d’une façon ou d’une autre, quelque chose qui disrupte le marché et ses intervenants. Comme nous le verrons plus bas, BUX s’inspire très largement de la tendance américaine du « Zéro Commission » ce qui, en soit, est une petite révolution dans le milieu financier (bien qu’elle ne soit pas récente !). D’autres tendances comme le social trading (eToro), les robo-advisors (Birdee, Nalo) ou encore l’abonnement trading (bientôt sur DEGIRO) sont autant de voies suivies par ces néobrokers.

Nick Bortot

Nous pensons que n'importe qui peut devenir investisseur [...] L'achat et la vente d'actions doivent être simples et abordables.

Nick Bortot, fondateur & CEO de BUX N.V.

BUX B.V. est enregistrée auprès de la Chambre de commerce néerlandaise à Amsterdam & est agréée/réglementée par l’Autorité néerlandaise des marchés financiers (l’équivalent de l’AMF/FSMA aux Pays-Bas). Les liquidités des utilisateurs sont placées chez ABN AMRO Clearing Bank et sont donc couvertes par la garantie bancaire néerlandaise, à hauteur de 100 000 €. Bon à savoir en cas de faillite !

Enfin, en cas d’insolvabilité complète de BUX, le système d’indemnisation des investisseurs néerlandais (connu sous le nom de Beleggerscompensatiestelsel) s’applique et garantira un montant maximum de 20 000 euros par personne et par établissement.

De l'investissement aux cryptomonnaies, en passant par les CFD

BUX articule son offre autour de 3 piliers :

BUX Zero
Pour acheter et vendre des actions et ETF sans commissions.
BUX X
Pour le trading de CFD à levier.
BUX Crypto
Pour une approche simplifiée et à bas coût du monde des cryptos.
Précédent
Suivant

Note concernant BUX X : les CFD sont des instruments complexes et comportent un risque élevé de perdre de l’argent rapidement en raison de l’effet de levier. 73,3% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils négocient des CFD avec BUX X.

BUX propose ces 3 applications qui permettent aux utilisateurs d’explorer les marchés financiers, dont BUX Zero, le fer de lance de l’entreprise qui rend possible le trading sans commission. Notre article se focalisera sur cette plateforme/application qui nous concerne plus spécifiquement sur Investiforum.

BUX, le Néobroker "Zéro Frais" aux Ambitions de Robinhood Européen 3

BUX Zero, l'application boursière

Un groupe cible bien précis : les jeunes investisseurs (18-30 ans)​

Simple, rapide, dotée de fonctionnalités attrayantes et pensée pour le smartphone : pour son application BUX Zero, BUX a bien intégré les codes et modes d’utilisation des « digital natives » ou « millennials », ces jeunes nés entre 1980 et 2000 (et dont je fais partie). Étant inclus dans le cœur de cible de BUX (âge moyen sur BUX Zero : 30 ans) mais investissant depuis plusieurs années, je pense donc être capable d’étudier l’offre du néobroker batave, ses avantages et inconvénients (en comparaison de courtiers plus classiques comme Keytrade, Binck ou encore DEGIRO). 

Dans BUX Zero, tout est coloré comme sur Instagram ou Snapchat, avec une dose d’humour sur le thème de la bourse. Des commentaires ici et là laissent entrevoir le ton adopté par la plateforme. Sur la fiche de Blackberry, l’action est décrite comme telle : « Si tu te souviens de la phrase « c’est quoi ton BBM ? », alors tu te souviens de l’époque où Blackberry faisait les téléphones les plus stylés et cryptés du marché« . Un autre exemple ? Dans le descriptif de Volkswagen : « Ne mentionne juste pas « Dieselgate » devant eux« . Un mode de communication léger, basé sur le tutoiement, qui parlera à toute une franche jeune de la population, habituée aux mêmes, TikTok et autres « merveilles » d’Internet. J’avoue ne pas y être insensible.

Exemples de BUX Stories
BUX Zero n'échappe pas au phénomène des Stories, subtile mélange de media enrichi façon blog et de post temporaire façon Snapchat & Instagram

Une plateforme 100 % mobile, ergonomique et simple ... trop simple ?

Cela n’aura pris que 13 minutes, montre en main. C’est le temps qu’il nous aura fallu pour nous inscrire sur BUX Zero il y a quelques jours. Information de base (nom, prénom, résidence fiscale, carte d’identité, etc.), un petit selfie pour la route, et voilà notre compte activé et prêt à carburer. Ou presque : reste à l’alimenter en liquidités ! Actuellement, il est uniquement possible de charger du cash par virement bancaire européen (comme sur DEGIRO), crédité sous 1 à 2 jours ouvrables. Un jour plus tard, c’était déjà chose faite. Un gros point positif, la rapidité. Le retrait de liquidité est annoncé comme un peu plus lent (5 jours ouvrables). D’autres méthodes bancaires sont prévues dans le futur (par carte de crédit, peut-être ?).

L’application est très ergonomique. Quatre menus principaux, dont une zone « recherche » permettant de trier selon les catégories classiques (automobile, industrie, santé, etc.), les pays (Autriche, Belgique, Allemagne, Pays-Bas et USA) et toute une série de mots-clés. Et ce dernier point est une très bonne idée ! Vous pouvez ainsi regarder l’offre de valeurs belges actives dans la biologie, les entreprises allemandes avec un pied dans l’agriculture ou encore le secteur automobile américain. Simple et efficace.

Voyez par vous-même :

L’application montre également des systèmes plus classiques comme les gagnants & perdants du jour, une sélection rapide du jour et une recherche on ne peut plus simple. L’offre complète des actions et ETF disponibles peut être trouvée à cette adresse.

Enfin, ne vous attendez pas à énormément à du contenu très poussé : pas d’analyse technique, ni de fondamentaux. Encore moins de flux d’actualité pur et dur. Selon les profils, ces options seront ou non un manque. Pour ma part, ce n’est pas le cas car je récupère ces informations ailleurs et j’en fais un tout autre usage.

Quid des ETF ?

Initialement très pauvre, l’offre se limitait à une petite dizaine d’ETF UCITS généraux et sectorielles. Depuis, elle s’est heureusement étoffée, avec des ETF généraux traditionnels (comme le Vanguard S&P 500 ou encore le Lyxor Core MSCI World), ESG (comme le Lyxor MSCI World ESG Trend Leaders) ou thématiques (comme les iShares Automation & Robotics, iShares Healthcare Innovation ou encore L&G Cyber Security).

Les ETF iShares Automation & Robotics & iShares Healthcare Innovation, notamment, permettront de s’exposer facilement et sans frais aux mégatendances de demain (nous vous en parlions déjà en 2018).

Les DIC/KID sont fournis directement via l’application.

BUX, le Néobroker "Zéro Frais" aux Ambitions de Robinhood Européen 10

Un objectif avoué : devenir le Robindhood européen

En tant que plateforme principale du néobroker, BUX Zero porte dans son ADN la particularité de BUX : proposer du zéro commission au plus grand nombre. Ceci n’est pas sans rappeler une autre application, très populaire aux USA : Robinhood, la plateforme de trading nouvelle génération. Aidée par le confinement, les stimulus financiers et autres particularités américaines, Robinhood a énormément grossi outre-Atlantique ces derniers mois.

Et Nick Bortot, le CEO de BUX, ne s’en cachait pas dans le journal belge L’Echo en 2020 : l’objectif de son entreprise est bel et bien de répliquer, « en tout point », le modèle de Robinhood. Ainsi, les utilisateurs de BUX se font déjà appeler les BUXers, comme les Robinhooders de Robinhood. Et serait-ce un indice quant au modèle économique (tout ou en partie) de BUX ? À savoir, faire du volume d’ordres pour vendre le tout à des entreprises de trading à haute fréquence (les fameux market makers) ? Pour l’utilisateur, cela n’a finalement que peu d’importance.

Espérons que BUX ne souffrira pas des mêmes problèmes que Robinhood, des soupçons d’amplifications de bulles spéculatives aux dérives communautaires.

Les frais : est-ce vraiment du Zéro Commission ? Passage d'ordre et comparaison avec DEGIRO

BUX, le Néobroker "Zéro Frais" aux Ambitions de Robinhood Européen 13

Nous le disions plus haut, l’essence de Robinhood est au niveau de l’aspect zéro commission, philosophie à laquelle BUX sembler adhérer à 100 %. Mais qu’en est-il pratiquement ?

Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps : oui, BUX propose effectivement d’investir sans frais ! Mais sous certaines conditions.

Il est en effet possible d’acheter ou vendre une action selon 3 types d’ordres différents :

Pour résumer :

Type d'ordreActions EUActions US
Ordre limite1 €0 €
Ordre au marché1 €0 €
Ordre Zéro0 €-

BUX Zéro ne facture ni frais de gardes, ni frais de dépôt/retrait. Notez cependant que des frais de change (FX Markup) de 0,25 % existent lorsque vous achetez des actions américaines. Ces frais peuvent être un frais car relativement élevés en comparaison de DEGIRO.

Frais de change mis à part, les frais proposés par BUX sont moins cher que notre courtier de prédilection, DEGIRO. Il n’y a pas de frais de courtage si vous utilisez un ordre zéro, ni frais de connexion aux places boursières. Pour creuser les frais, n’hésitez pas à utiliser l’outil proposé par BUX à cette adresse. Un outil similaire est également disponible chez DEGIRO, à titre de comparaison.

Comparons les frais de courtage (hors taxes boursières nationales et frais de changes) lors de l’achat de quelques actions, via BUX Zero et DEGIRO, pour une centaine d’euros :

ActionBUX ZéroDEGIRO
14 actions ING (NL, ordre zéro)0 €-
14 actions ING (NL, ordre limite)1 €~ 4,04 €
2 actions Intel (US, ordre limite)0 €*~ 0,51 €
2 actions AB Inbev (BE, ordre zéro)0 €-
2 actions AB Inbev (BE, ordre limite)1 €~ 0,04 €

* hors frais FX Markup (0,20 €)

Vous pouvez donc voir que’il peut être très intéressant d’acheter ou vendre via BUX Zero. J’ai donc testé l’Ordre Zéro sur ING : l’ordre a été passé le 20 août à 10 h 40 du matin, en renseignant simplement le nombre d’actions souhaitées (dans la limite des liquidités disponibles). Je ne renseigne aucun prix dans ce type d’ordre ; au moment de le créer, l’action évoluait à 6,683 €. BUX Zero me précise que l’ordre ne sera pas exécuté au-dessus d’un certain seuil et il ne me reste alors qu’à attendre. 

À 16 h 00, une notification sur le smartphone me confirme que l’ordre est passé, sans frais, au cours du moment, qui était à nouveau 6,683 €. Dans ce cas de figure, c’est parfait : j’ai créé un ordre en matinée sans fixer de prix, et le cours n’a finalement pas trop bougé. Je suis gagnant et j’ai économisé un peu plus de 4 € de frais sur mon courtier habituel.

Mais d’autres scénarios auraient pu se produire : le cours aurait très bien pu monter ou descendre. J’aurai donc pu acheter à un prix plus élevé ou plus faible que celui du matin. Le tout, bien évidemment, dans la limite des marges de sécurité expliquées plus haut. Hormis annuler l’ordre (avant 16 h 00), je n’aurai rien pu y faire.

Il faut bien comprendre que pour vraiment faire du sans frais sur une action européenne via BUX Zero, il faudra passer par l’Ordre Zéro. L’ordre limite sur action américaine est quant à lui presque sans frais, si nous mettons de côté les frais de change, mineurs. Côtés marchés européens, l’Ordre Zéro impliquera d’accepter d’acheter « à l’aveugle », en faisant fi du prix. Une certaine forme de lâcher-prise qui pourra convenir aux investisseurs de long terme pour qui le prix d’entrée n’est pas très important tant que l’entreprise est de qualité, ou dans le cadre d’une stratégie d’investissement fractionné où la maitrise des frais sera bienvenue. Mais pour un trader court terme ou un chartiste, cela posera certainement problème.

Pour conclure cette section, notons que contrairement à Revolut, il n’est pas (encore ?) possible d’acheter des fractions d’actions. Comme sur Robinhood, BUX nous a cependant dit y travailler en vue d’un lancement « très rapidement ».

Intéressé.e par BUX?

Inscrivez-vous, alimentez votre compte et vous recevrez une action GRATUITE d’une valeur maximale de 200 €. En retour, nous recevrons nous aussi une action 🎉

Les actions sont choisies au hasard parmi l’ensemble des actions proposées sur la plateforme, de Volkswagen à Coca-Cola en passant par d’Heineken, Takeaway.com, Ford, KPN et bien d’autres encore.

La fiscalité : là où ça se complique...

Hélas, tout n’est pas parfait. Le gros point noir de BUX Zero est en effet au niveau de la fiscalité.

Premièrement, français et françaises qui nous lisez, faites une croix sur le PEA : ce dernier n’est pas pris en charge par BUX Zero (tout comme chez DEGIRO) et aucune information n’est actuellement disponible sur ce point. Vous devrez donc vous contenter un CTO, un compte titre ordinaire, avec la fiscalité qui va avec.

Deuxièmement, les taxes boursières ne sont pas (encore) gérées par BUX Zero. La taxe sur les opérations boursières (TOB) belge de 0,35 % n’est par exemple pas retenue à la source lors des transactions. L’investisseur particulier belge devra donc lui-même déclarer et payer la TOB via un formulaire dédié, chaque mois. Le marché boursier français étant devenu accessible cet automne, BUX affirme par contre s’occuper du paiement de la taxe sur les transactions financières (TTF). Espérons que tout ceci sera uniformisé dans un futur proche, pour le confort des utilisateurs et particulièrement ceux de Belgique.

Enfin, lorsque vous toucherez des dividendes, seule la taxation à la source sera appliquée. Dès que BUX aura reçu l’argent, il sera transmis sur votre compte, sans plus. Aucune information pour l’instant sur les régimes fiscaux appliqués, la problématique de double imposition, etc. Pour ce dernier point, le taux d’imposition réduit des dividendes US est bien pris en compte et, pour les autres pays, BUX affirme y travailler en fonction du nombre de demandes qu’ils recevront à ce sujet.

Veillez donc à bien tenir compte de ces dividendes non taxés et autres taxes nationales dans vos déclarations fiscales, sous peine de mauvaises surprises … J’ai en tout cas reçu fin août un document pour m’aider à reporter mes taxes boursières. BUX affirme qu’une déclaration sera fournie chaque début d’année pour aider à déclarer vos activités via BUX Zero. De quoi faciliter la récupération d’une retenue payée à la source abusivement ? À voir en pratique ! La vidéo ci-dessous devrait en tout cas aider nos lecteurs belges à payer la TOB plus facilement.

Conclusion

Interface moderne, simplicité d’usage. Fiscalité compliquée, zéro commission « sous condition ». BUX Zero est un bel exemple de ce que peut être un néobroker. Un game changer pourtant tout en ambivalence. Gageons que la jeunesse relative de la plateforme puisse être rapidement oubliée pour proposer un produit plus mûr aux utilisateurs. 

L’offre en actions et en ETF sera étoffée à l’avenir, le prêt d’actions devrait faire son apparition (comme chez DEGIRO et comme bien souvent chez les courtiers américains) et des améliorations peuvent être espérées en termes de gestion des taxes.

En l’état actuel, les avantages sont malgré tout plus qu’intéressants et contrebalancent les désagréments/manques observables. Une fois que les ETF sont ajoutés à BUX Zero, la plateforme pourrait devenir un outil de choix pour tout investisseur de long terme adepte de l’investissement fractionné, tout en minimisant les frais.

BUX, le Néobroker "Zéro Frais" aux Ambitions de Robinhood Européen 21

L’avenir nous dira si BUX Zero réussit son pari de devenir l’équivalent européen de Robinhood, son homologue américain extrêmement populaire. Vu l’engouement des particuliers et des moins de 30 ans pour la bourse, le pari semble réalisable ! Réponse dans quelque temps ?

Note actuelle
Cliquez pour noter cet article !
[Total: 4 Moyenne: 3.5]

12 réflexions au sujet de “BUX, le Néobroker « Zéro Frais » aux Ambitions de Robinhood Européen”

  1. Merci !
    Question : sur Degiro, si on laisse plus de 2.500 € disponibles sur le compte, le soir, une petite somme est prélevée. Le taux annuel étant actuellement de 0.53%, Degiro vous retire : 0.53% / 365 * (montant_dépassant_2.500€). Est-ce aussi le cas chez @bux?

    Merci d’avance

    Répondre
    • Bonjour Centrino

      Merci pour votre commentaire 🙂 Les frais chez DEGIRO dont vous parlez, qui sont liés à leur système de compensation sur les fonds monétaires, n’ont pas d’équivalent chez BUX actuellement. Je n’en ai vu aucune trace sur leur site ni dans leurs conditions, encore oins dans leur FAQ.

      Donc non, ce n’est visiblement pas le cas chez BUX. N’hésitez pas à leur poser la question si vous souhaitez en avoir le cœur nette : support-zero@getbux.com

      À bientôt 🙂

      Répondre
  2. Bonjour,

    Pour un résident Belge dont la résidence fiscale est au Luxembourg (via assimilation fiscale), la TOB taxe doit elle être payée?

    Ensuite, lorsque l’on reçoit des dividendes, le site de BUX dit que le précompte mobilier belge de 30% est déjà déduis. Mais si je suis assimilé fiscalement au Luxembourg, je ne devrais pas a voir ce prélèvement automatique par BUX, y’a t-il une solution?

    https://buxzerosupport.getbux.com/fr/support/solutions/articles/1000297846-imp%C3%B4t-pour-les-belges-sur-les-dividendes-pr%C3%A9compte-mobilier-#:~:text=Cet%20imp%C3%B4t%20est%20d%C3%A9j%C3%A0%20pr%C3%A9lev%C3%A9,Le%20pourcentage%20est%20de%2030%20%25.

    D’avance merci

    Répondre
    • Bonjour Katarina,

      Merci pour votre commentaire. En tant que résident fiscal luxembourgeois (c’est à dire si vous payez vos impôts au Luxembourg et non en Belgique), vous ne devez pas payer de TOB. Cependant je ne connais pas le système fiscal luxembourgeois, donc il pourrait y avoir une autre taxe (luxembourgeoise) à payer, à vous de vérifier 🙂

      Pour ce qui est des dividendes, BUX ne ponctionne que l’impôt à la source (si c’est un dividende belge, il ponctionne le précompte mobilier belge ; si c’est un dividende français, l’impôt français sur les dividendes, etc.). Ils ne gèrent ni la double imposition (dans votre cas, impôt à la source puis impôt luxembourgeois, s’il existe), ni les conventions inter-pays pour diminuer l’impôt à la source. Pour répondre, malgré que vous soyez assimilé fiscalement au Luxembourg, un dividende belge sera taxé par le précompte mobilier belge de 30%. A vous ensuite de voir si vous avez droit à une quelconque exonération/récupération du trop plein perçus dans vos impôts grâce au système fiscal luxembourgeois. En Belgique, pour les résidents fiscaux belges, c’est par exemple possible (jusqu’à un certain seuil annuel).

      Attention : n’étant pas fiscaliste (et encore moins au fait du système fiscal luxembourgeois), je peux me tromper ; je vous redirige donc vers le site de l’administration luxembougeoise ou tout comptable qui pourra confirmer/infirmer mes propos 🙂

      Bonne journée,

      Répondre
    • Bonjour Katarina,

      Je suis egalement resident Lux. L impot est preleve par les autorites competentes dans le pays d origine de l entreprise emettrice du dividende. Bux reverse donc un dividende impose deja une fois. Pour le Luxembourg a vous de declarer vos dividendes bruts (J habite au Lux), si ils ne depassent pas l abbatement de plus ou moins 3000 eur par personne, vous ne serez imposes qu une fois, si les dividendes depassent ce montant, il faudra appliquer le taux marginal egal a votre taux d imposition pour la partie qui excede les 3000 eur.

      C est assez complique sans tableau et chiffres, mais je vous conseille de regarder sur myguichet.lu

      Répondre
  3. Que se passe t il si BUX fait faillite au niveau des comptes titres ? 100000 eur sur le compte d’échange sont sant doute garantis par l’état néerlandais mais le compte titres est il protégé ?

    Répondre
    • Bonjour Kinet,

      Merci pour votre commentaire. En effet, la garantie bancaire néerlandaise ne concerne que les liquidités des utilisateurs. Concernant le compte-titre, dans le contrat client, il est écrit que BUX utilise BUX Custody pour la garde des Instruments Financiers et de l’argent du client. BUX Custody est une entité passive (une fondation, en néerlandais : « stichting »), dont le seul but est de détenir des Instruments Financiers et de l’argent pour les Clients. Cela garantit que les positions en Instruments Financiers et en argent des Clients sont séparées du capital de BUX et — en cas de faillite de BUX — que les Instruments Financiers et l’argent des Clients ne tombent pas sous le coup de la faillite (liquidation) de BUX. Comme chez DEGIRO.

      De plus, les investissements dans des Instruments financiers sont protégés par le système d’indemnisation des investisseurs (ICS) dans les conditions mentionnées sur http://www.toezicht.dnb.nl/en/2/51-202210.jsp. Ce système de garantie permet d’indemniser, dans les conditions prévues par la loi, les pertes de l’investisseur jusqu’à un montant maximum de 20.000 EUR par personne si BUX se trouve dans l’incapacité de remplir ses obligations après avoir été déclarée en faillite. Comme chez DEGIRO, de nouveau.

      J’espère que cela aura répondu à votre question. Je vais ajouter cette précision à l’article 🙂

      Bon dimanche

      Répondre
  4. il semble que la comparaison des frais sur actions américaines entre Bux et Degiro soit incomplète .
    Vous parlez de 0,25% sur BUX pour les frais de change ,est-ce 0,25 à l’aller et 0,25% au retour
    Dans tous les cas les frais de change BUX sont supérieurs à ceux de Degiro qui sont de 0,1%
    En prenant en compte ces frais de change l’avantage tourne nettement à Degiro

    Répondre
    • Bonjour Bilay,

      Merci pour votre commentaire 🙂 A ma connaissance il s’agit bien de 0,25% par transaction, qu’il s’agisse d’un achat ou d’une vente d’actions américaines, mais également en cas de dividendes. Pour tout type de transaction tombant dans cette catégorie, BUX convertit le montant équivalent de l’EUR en USD ou vice versa. Pour ce service, ils appliquent une majoration de 0,25 % sur le taux de change EUR/USD au comptant.

      Pour vous aider à simuler les frais, BUX a mis en ligne cet outil : https://getbux.com/fr/frais/?investment=1000&product-type=eu-stocks&order-type=zero&years=10&return-prospect=positive
      De la même façon, un outil similaire existe chez DEGIRO : https://www.degiro.fr/tarifs/calculateur-de-frais

      Vous avez tout à fait raison sur ce point : les frais de change BUX (0,25%) sont supérieurs à ceux de DEGIRO (0,1%). Néanmoins, bien que je vous rejoigne sur la supériorité de DEGIRO sur l’aspect low cost, je vais quand même réaliser une comparaison complète pour ajouter une nuance. Comparons une même somme (1000€) investie en une fois sur chaque plateforme pour acheter 1 action américaine :
      chez BUX, il vous en coûtera €3.07 (0.31% du montant de la transaction), car il n’y aura aucun frais de courtage ou de connexions à une place boursière
      chez DEGIRO, il vous en coûtera €4.30 (0.43% du montant de la transaction), à cause des frais de courtage sur marchés US (€0.5) et, surtout, des frais de connexion aux places boursières US (€2.5). Si cette transaction vise à acheter plus d’une action, les frais seront très légèrement supérieurs (vu que pour rappel, les frais de transactions US chez DEGIRO sont de 0,50€ par ordre + 0,004 USD par action).

      Cependant, ce comparatif n’est valable que pour la première transaction de l’année. En effet, là où ça ne changera rien chez BUX, a contrario chez DEGIRO les transactions suivantes sur les marchés US n’impliqueront plus les frais de connexion (one shot annuel), ce qui ramènerait les coûts de ces transactions suivantes (toujours 1000€ par transaction, 1 action US) à €1.8 (0.18% du montant de la transaction). Et là, en effet, DEGIRO a l’avantage 🙂

      J’ai pris l’exemple de transactions en actions US car c’est le plus simple, mais vous pouvez aussi utiliser les outils pour calculer sur des valeurs EU 😉 Là par contre, BUX gagne haut la main, même sans utiliser les ordres Zero.

      Je tiens compte de votre commentaire et vais mettre à jour l’article en conséquence. Je me suis permis de supprimer votre autre commentaire sur les marges de change trop élevées, pour éviter le doublon 🙂

      A bientôt 🙂

      Répondre
  5. Salut,

    J’ai ouvert un compte chez BUX pour voir à quoi ça ressemblait mais cela implique donc désormais pour moi, , même si je ne l’ai pas encore alimenté, de le déclarer à la Banque nationale vu que je suis résident belge.

    Je vois dans les conditions générales qu’un CTA (Cash Trading Account) est ouvert chez ABN AMRO en combinaison du compte BUX.

    Le mode de fonctionnement est donc plus ou moins similaire à celui de DEGIRO avec le compte-titres et le compte IBAN chez FLATEX.

    Que dois-je déclarer ? Un login pour BUX ? Et quel est le compte IBAN à déclarer chez ABN AMRO, s’agit-il du compte via lequel je crédite le compte BUX ?

    Merci d’avance et à bientôt !

    Répondre
    • Je viens de voir qu’il y avait une FAQ à ce sujet sur l’application BUX.
      Je suis néanmoins bloqué dans la mesure où je ne connais pas mon numéro de compte de dépôt (puisque je n’ai pas encore utilisé l’application et j’ignore si je le ferai un jour). Je viens de contacter le support à ce sujet 😉

      Répondre
      • Hello 🙋🏻‍♂️

        Pour te dire, personnellement j’avais simplement écrit « Pas de numéro de compte propre » dans le champs 3a 😄 Maintenant quand je reçois un avis mensuel pour déclarer ma TOB, je peux voir un compte :
        Prénom nom
        NL68BUXBxxxxxxxxxxxxxxxx (avec les x qui sont une suite de chiffres). Mais sans faire une seule transaction, tu n’auras pas cet avis, donc c’est ennuyant si tu veux déclarer un numéro, oui.

        Tiens moi au courant, ça m’intéresse 🙂

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.