fbpx

Analyse de Vestas Wind : le savoir-faire danois au service de l’énergie éolienne

Dossier spécial : investir dans les énergies renouvelables (5/6)

En note préliminaire, le rédacteur signale ne pas être actionnaire de l’entreprise Vestas Wind au moment de rédiger cet article. Ce dernier n’est en aucun cas une incitation à l’achat ou à la vente des actions de Vestas Wind.

Vestas Wind, géant danois et leader mondial de l’éolien

Description de l’entreprise et contexte de son activité

Illustration de la création de valeur à partir des ressources chez Vestas WindVestas Wind est un acteur de premier plan dans le secteur de l’énergie et des solutions énergétiques renouvelables. Elle est cotée à la bourse de Copenhague, sous la référence VWS.CO (DK0010268606).

L’entreprise conçoit, fabrique, installe et entretient des éoliennes dans le monde entier. L’entreprise est leader dans ce domaine où elle intervient depuis 40 ans. Des turbines Vestas ont été installées dans 80 pays, fonctionnant sur une grande variété de sites, de la haute altitude aux conditions météorologiques extrêmes.

En 2017, l’entreprise possédait 16,4% des parts du marché de l’éolien dans le monde, talonnée de peu par Siemens Gamesa. Elle opère depuis quelques années une expansion vers l’Amérique Latine, la zone EMEA et est désormais bien établie en Chine.

L’activité de Vestas Wind s’article autour de trois axes principaux :

  1. Onshore Wind : le segment le plus développé et qui offre une croissance sereine. Surtout tiré par les pays émergents et l’Inde, cet axe s’occupe de l’installation d’éoliennes sur la terre ferme. Il a offert un peu plus de 8 milliards de revenus en 2018.
  2. Wind Service : ce segment est en plein essor et consiste en un panel de solutions de service et d’optimisation des performances pour les éoliennes Vestas et non-Vestas. Il est attendu en hausse de 10% entre 2018 et 2019.
  3. Offshore Wind : plus petit segment tiré par une forte croissance, l’éolien en mer est surtout centré sur l’Europe à l’heure actuelle. Cet éolien a l’avantage de mieux utiliser l’énergie du vent, d’offrir un meilleur rendement. Ceci les rend plus intéressantes malgré des coûts de production et d’installation plus élevés.

Pour 2019, le chiffre d’affaires de Vestas devrait se situer entre 11,0 et 12,25 milliards d’EUR (contre 10,75 à 12,25 milliards d’EUR en 2018). L’entreprise prévoit une augmentation des coûts due à des facteurs comme la guerre commerciale et une complexité accrue des transports. Le total des investissements devrait s’élever à environ 800 millions d’EUR (contre environ 700 millions d’EUR auparavant).

Vestas a par ailleurs ajusté ses prévisions concernant ses investissements en raison d’une forte activité et de prises de commandes importantes. L’activité de l’entreprise va donc très bien. Notons néanmoins que le mois dernier, Vestas Wind a indiqué des résultats en baisse au deuxième trimestre et inférieurs aux attentes, avec à la clé un bénéfice net divisé par deux par rapport au 2e trimestre de l’année précédente.

Analyse de Vestas Wind

Analyse fondamentale en 9 points

Cette analyse est basée sur la méthode décrite dans notre article « Considérer l’intérêt d’une action en 9 points fondamentaux » . Elle se base également sur les derniers résultats annuels publiés par l’entreprise et les données disponibles sur ZoneBourse.

ÉtapeParamètreRésultat
1Finances
2Consensus
3PEG
4Rendement
5Dividendes
6ROE
7Payout
8FCF
9Valorisation
Analyse GPRV de Vestas Wind par Infront Analytics
Analyse de Vestas Wind par l’outil GPRV d’Infront Analytics. L’entreprise est catégorisée comme une valeur profitable, à faible risque. Elle n’est ni une action de croissance, ni une action value.

Après une légère décrue de son chiffre d’affaire entre 2016 et 2017, et un EBITDA en baisse entre 2016 et 2018, les prévisions de l’entreprise s’oriente vers une augmentation tant du CA que de l’EBITDA. Son PEG de -1,01 indique que l’action, sur la base des résultats de 2018, n’était pas en croissance. A contrario, sur la base des résultats estimés pour 2019, le PEG est estimé à 2,07 ce qui signifie que l’entreprise serait, en théorie, surévaluée.

C’est l’inverse pour son concurrent direct, Siemens Gamesa, qui se paie un PEG de 0,2 (sur la base de prévisions ici aussi). Ceci signifie que Vestas Wind se négocie à un niveau accru par rapport à son taux de croissance (les investisseurs qui l’achètent paient plus par unité de croissance des bénéfices). De plus, au cours boursier actuel, l’approche capitalisation/valeur indique que Vestas Wind est en effet survalorisée.

L’entreprise verse des dividendes. Son payout ratio de 30% signifie qu’elle garde une partie de ses bénéfices pour continuer à se développer, ce qui est important dans un secteur comme le sien. En effet, les évolutions technologiques du secteur sont fréquentes, importantes et les entreprises prospères seront celles qui arriveront à surfer sur la vague du renouvelable jusqu’au bout. S’asseoir et regarder des éoliennes tourner n’est pas une recette de croissance à long terme ; développer des modèles d’éoliennes plus petites, plus performantes et plus rentables est bien plus intéressant !

Malheureusement, ses dividendes tout comme le rendement sont en diminution depuis 2016, bien qu’ils soient de nouveau attendus en hausse à partir de 2019.

Le ROE étant supérieur à 15%, Vestas Wind est capable de générer des profits à partir de ses seuls capitaux propres, sans prendre en compte d’autres sources de financement. Enfin, son FCF est positif et a été revu à la hausse pour 2018, de 100 millions d’euros à 400 millions d’euros. Cela représentera donc plus d’argent réellement disponible pour Vestas Wind, après déduction des charges et des dépenses nécessaires à son fonctionnement et son développement.

L’entreprise ne passe donc pas parfaitement le test de notre méthode d’analyse en 9 points. Néanmoins, il convient de relativiser cet état de fait : Vestas Wind semble avoir rencontré quelques années difficiles depuis 2016, mais les prévisions et le carnet de commande semblent indiquer que le pire est passé. Le CA, l’EBITDA et les dividendes (incluant le rendement) sont attendus en hausse dès 2019, ce qui permettra d’améliorer les résultats de Vestas Wind dans notre méthode d’analyse en 9 points.

Analyse technique

Après les fondamentaux, analysons techniquement le cours de l’action Vestas Wind d’un peu plus près. L’analyse a été réalisée en monnaie d’origine, soit la couronne danoise (DKK). À titre indicatif, à l’heure de rédiger l’analyse, 1 couronne danoise s’échange contre 0,13 Euro (le dernier cours de 554 DKK étant donc équivalent à 73,64 €). Tenez cependant compte des frais potentiels pour investir sur la bourse de Copenhague (4,00 € + 0,04% par transaction chez DeGiro, par exemple).

Vue mensuelle

Analyse technique Vestas Wind (vue mensuelle)

Depuis août 2019, le cours se retrouve coincé dans un étroit canal latéral déjà emprunté par le passé (en automne 2018 et en 2016). Ce canal est lui-même inséré au sein d’un canal latéral de plus longue durée, en place depuis 2015, entre 400 DKK et 600 DKK. Le cours entamait depuis début 2019 une nouvelle oscillation vers le bas du range, mais cette dernière a été stoppée par une zone support, vers 480-490 DKK. Ce support, renforcé par la SAR, la moyenne mobile simple 20 (milieu des bandes de Bollinger) et la moyenne mobile simple 50 (SMA50), a efficacement soutenu le cours cet été, le gardant dans la moitié haute du range et des bandes de Bollinger. Le RSI se réoriente à l’achat mais reste fragile, tout comme la MACD qui frôle sa ligne signal.

Tendance mensuelle : neutre à haussière, en attende de la clôture mensuelle.

Vue hebdomadaire

Analyse technique Vestas Wind (vue hebdomadaire)

Au niveau hebdomadaire, après une sortie des bandes de Bollinger en août et un rebond sur le support mensuel (renforcé, ici, par la puissante SMA 200), le cours a réalisé un énorme bond cette semaine, avec un RSI repassant en territoire acheteur. Le momentum se retourne à la hausse, mais il conviendra de rester prudent. En effet, comme le montre le graphique, le cours a buté sur une résistance à 554 DKK. Cette résistance a déjà fait parler d’elle plusieurs fois en 2019, agissant d’ailleurs en support entre mai et juin. Le croisement baissier de la SMA7 sur la SMA50 risque d’entamer la dynamique du cours, mais un non croisement haussier reste possible. Ce serait, a contrario, un signal haussier appréciable.

Figure partielle épaule-tête-épaule inversée VWS.DC

Si le cours réussit à repartir vers la zone des 600-615 DKK, nous pourrions observer la formation d’une épaule-tête-épaule inversée (la tête étant en cours de formation). D’après l’encyclopédie du chartisme de T. Bulkowski, ce type de figure traduit un retournement haussier. Si la figure s’avère complète d’ici fin 2019, le cours pourrait dépasser sa zone de résistance de long terme. Ce faisant, il pourrait filer vers 700 DKK (objectif approximatif de la figure en reportant la hauteur de la tête au niveau de la ligne de cou) et franchir ses plus hauts historiques.

Réponse dans les mois qui viennent ! Le comportement du cours vis-à-vis de sa résistance directe sera en tout cas décisif la semaine prochaine.

Tendance hebdomadaire haussière à neutre.

Vue journalière

Analyse technique Vestas Wind (vue journalière 1) Analyse technique Vestas Wind (vue journalière 2)

Très belle envolée du cours ces derniers jours. Il est repassé dans la partie haute des bandes de Bollinger, cassant à la hausse tant la SAR que la supertrend. Néanmoins, les résistances d’août ont de nouveau freiné le cours qui se retrouve dangereusement compressé entre cette dernière, la SMA50 et la SMA200. La première SMA va d’ailleurs croiser à la baisse la seconde, ce qui constitue un signal de vente. Néanmoins, la SMA7 haussière approche et pourrait, elle, induire un signal d’achat si elle croise à la hausse la SMA50 et la SMA200. La dynamique reste malgré tout haussière, pour l’instant

Tendance journalière : haussière.

Conclusion de l’analyse

La fin d’année 2019 devrait s’avérer cruciale pour Vestas Wind sur le plan technique, si la figure épaule-tête-épaule inversée se confirme. De quoi rajouter de la vigueur au cours vers les plus hauts historiques. Cela irait de pair avec une amélioration des fondamentaux, CA, EBITDA et dividendes étant attendus à la hausse ces prochaines années. L’entreprise s’inscrit quoi qu’il en soit dans une tendance de fond nette, la part de l’éolien dans le renouvelable étant attendue en forte progression en Europe, en Chine et aux États-Unis d’ici 2023.

Envie d’en discuter sur nos forums ?

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à faire un don en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Bouton don Paypal

Vous ne voulez rien manquer de notre actualité ?

Abonnez-vous à notre lettre d'information :

Vous avez raté nos lettres précédentes ? Vous pouvez les lire dans nos archives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :