fbpx

Analyse de BlackRock, leader mondial de la gestion d’actifs

BlackRock défraie l’actualité française depuis plusieurs mois. Mais pour l’investisseur particulier, que vaut réellement l’action de ce géant mondial de la gestion d’actifs ? Investiforum analyse l’action BlackRock pour vous.

Avant de continuer …

Abonnez-vous à notre actualité et restez à jour dès qu’un nouvel article est publié !

En note préliminaire, le rédacteur signale ne pas être actionnaire de BlackRock. Il possède cependant des parts de plusieurs fonds et ETF commercialisés par BlackRock, dont le fonds BGF World Technology Fund et l’ETF iShares MSCI World UCITS cités à titre d’exemples dans cet article. Ce dernier n’est en aucun cas une incitation à l’achat ou à la vente des actions de BlackRock ou des produits financiers proposés par l’entreprise.

Dossiers Investiforum : Investir dans le secteur financier en 2020

BlackRock, leader incontesté de l’industrie des ETF

Description de l’entreprise et contexte de son activité

Ces derniers mois, le nom BlackRock est apparu régulièrement dans l’actualité française, au vu de l’implication de cette entreprise dans la réforme des retraites. Cependant, pour qui s’intéresse un tant soit peu à la Bourse et l’investissement, le nom de BlackRock devait déjà être familier.

BlackRock, la plus grande société d’investissement au monde, est une entreprise fiduciaire qui investit de l’argent pour le compte d’autrui. Elle réalise ces investissements au travers d’une gamme de solutions à destination des institutions, des professionnels de la finance et des particuliers du monde entier. Les encours sous gestion de BlackRock dépassent, à l’heure d’écrire cet article, les … 7000 milliards de dollars. Sur les plus de 6 milliards d’actifs dans le monde sous gestion passive, plus de 2 milliards le sont via les ETF de BlackRock.

Compte tenu de notre responsabilité fiduciaire envers nos investisseurs et notre position de leader dans l’offre de solutions technologiques financières, nos clients font appel à nous pour trouver les solutions répondant à leurs besoins spécifiques.

BlackRock, Inc.

L’offre de produits de BlackRock comprend des portefeuilles mono- ou multi-actifs investissant dans des actions, des titres à revenu fixe, des produits alternatifs et des instruments du marché monétaire. Ces produits sont offerts directement et/ou par des intermédiaires financiers au travers d’une variété de véhicules financiers.

En effet, BlackRock propose aussi bien des fonds communs de placement classiques (comme le célèbre et très performant BGF World Technology Fund) que des trackers ETF (comme le iShares MSCI World UCITS, sans frais chez DEGIRO). Ces derniers représentent d’ailleurs la majeure partie des actifs sous gestion de l’entreprise. BlackRock propose également des services technologiques, comme Aladdin (Asset, Liability, Debt and Derivative Investment Network), ainsi que des services et des solutions de conseil.

C’est lors de la crise économique mondiale des années 2007-2012 que BlackRock a acquis une grande partie de son pouvoir. En parallèle de son implication dans l’essor des ETF, c’est surtout grâce à sa bonne santé financière et une gestion optimisée en interne que BlackRock a pu tirer parti de la crise pour faire de très bonnes affaires. Son secret ? Aladdin, un outil d’évaluation du risque basé sur une myriade de serveurs de calcul veillant en permanence sur les colossaux milliards de dollars d’actifs de BlackRock. Cette intelligence artificielle a permis à l’entreprise de bénéficier d’un avantage compétitif sans précédent pour l’époque. Elle est toujours utilisée à l’heure actuelle, plus efficace que jamais après plus d’une décennie d’optimisations.

Évolution du cours de l’action BlackRock (courbe bleue) durant la crise économique mondiale des années 2007-2012, comparée au S&P 500 (courbe rouge). Malgré ces années de turbulences, BlackRock a réussi à largement tirer son épingle du jeu pour afficher un rendement 30 fois supérieur au S&P 500.

La toile BlackRock en 2020

À l’heure actuelle, BlackRock détient des actifs dans presque tous les marchés mondiaux. Par exemple, BlackRock détient des positions non négligeables dans nombre de composantes du CAC 40, de Thales (4,97%) à Engie (4,82%) en passant par STMicroelectronics (5,04%) ou encore Unibail-Rodamco-Westfield (7,99%). Et le besoin croissant de gestion d’actifs dans le monde représente d’importantes opportunités de croissance pour l’entreprise. En effet, au cours des prochaines années, les actifs sous gestion de l’industrie mondiale devraient augmenter de plusieurs dizaines de milliers de milliards de dollars. BlackRock compte bien proposer ses services pour combler ces besoins.

Évolution du cours de l’action BlackRock (courbe bleue) depuis 2005, comparée au S&P 500 (courbe rouge) et à l’indice MSCI World (courbe mauve).

Notons enfin que BlackRock placera la durabilité au centre de sa stratégie d’investissement à l’avenir, selon la dernière lettre annuelle du PDG Larry Fink. Alors que les problèmes environnementaux, sociaux et de gouvernance deviennent plus urgents, en particulier aux yeux des jeunes épargnants/investisseurs, il convient de saluer cette décision commerciale & stratégique avisée. Tout en rappelant qu’au travers de ses actifs, l’entreprise est, à l’heure actuelle, l’un des plus grands soutiens indirects au changement climatique.

Analyse de BlackRock

Analyse fondamentale en 9 points

Cette analyse est basée sur la méthode décrite dans notre article « Considérer l’intérêt d’une action en 9 points fondamentaux ». Elle se base également sur les derniers résultats annuels publiés par l’entreprise et les données disponibles sur ZoneBourse et Investing.

ÉtapeParamètreRésultat
1Finances
2Consensus
3PEG
4Rendement
5Dividendes
6ROE
7Payout
8FCF
9Valorisation

D’un point de vue fondamental, BlackRock possède des atouts solides. C’est une entreprise financièrement stable, généreuse en dividendes. Sa rentabilité des capitaux propres (Return on Equity, RoE) rate de peu le seuil que nous nous sommes fixé (13,2 %, seuil à 15 %). Son ratio PEG (price/earnings to Growth), supérieur à 2, indique une survalorisation au regard de son taux de croissance. Il est également plus élevé que ceux de ses concurrents directs comme State Street Corp, qui gère les ETF SPDR. Quand nous regardons le couple capitalisation/valorisation, l’entreprise est désormais correctement valorisée (suite au récent krach du marché actions).

Analyse technique

Du point de vue technique, BlackRock a elle aussi souffert depuis fin février, perdant près de 44 % en l’espace d’un mois (contre ~35 % pour le S&P500). Depuis, l’action a déjà regagné près de 40 % (le double du S&P 500) ! Son ratio bêta supérieur 1 traduit d’ailleurs bien, au niveau fondamental, ce caractère plus volatil que le reste du marché.

En vue intégrée, il est possible de définir 2 supports fermes à 325$ (plus bas de mars) et à 435$. Notons également une zone support intermédiaire entre 350$ et 365$. Signalons enfin la présence d’un important support oblique de très long terme, bien visible en mensuel et renforcé par la SMA50 mensuelle.

Côté résistances, le cours bute actuellement sur une zone renforcée par le supertrend journalier, la SMA 200 journalière et un gap baissier datant de début mars. Plus loin, à 505$ et 577$, sont également présentes deux résistances fermes.

Le rebond observé durant la deuxième quinzaine de mars est important, justifié graphiquement. Il est cependant très technique (comme le reste du marché). Tant que le cours n’arrivera pas à franchir la zone des 455-470$, il existe un risque non négligeable de voir la valeur repartir vers le bas. La zone des 435$ soutient pour l’instant le cours, d’autant plus renforcée par la présence de la SMA 200 hebdomadaire.

En hebdomadaire justement, notons cette semaine un potentiel croisement baissier de la SMA 7 sur cette même SMA 200, ce qui constituerait un signal baissier important. De quoi accélérer un potentiel mouvement baissier ? Si tel était le cas, une zone d’achat opportun se situera vers 435$, pour tenter tout rebond sur le support oblique de long terme mensuel (ce dernier pouvant servir de stop-loss). Plus bas, la zone des 325$-350$ constituera un point d’entrée de choix.

Enfin, notons que plusieurs indicateurs mensuels comme le RSI, la MACD et le SMI invitent à la prudence sur le long terme. Nous observons en effet une cassure baissière d’un biseau sur le RSI, ainsi qu’un retournement de tendance à la baisse sur la MACD et le SMI. Ces indicateurs ne sont pas de bonne augure, surtout vu le caractère volatil de l’action, dans un contexte déjà amplement volatil par nature !

En conclusion :

Vue journalière
Vue hebdomadaire
Vue mensuelle

Du côté de l’Analyse Technique Systémique (AT.S.), notons que la M7 journalière est sur le point de passer haussière sur Oggy, là où la M20 risque de passer baissière sous Jack. Un support à 400$ est visible en trimestriel, là où une zone de résistance se dégage à 500$ (limite supérieure des bolls journalières, M20 hebdomadaire).

Investir comporte des risques de perte.

Envie de lire plus d’articles de ce genre ? Soutenez Investiforum à partir d’1€ :

Ne manquez aucun article avec nos newsletters

Discussion de groupe sur les forums Investiforum

Venez discuter de cet article sur notre forum.

L’inscription est gratuite !


Medenor

Administrateur d’Investiforum

De son vrai nom Raphaël, Medenor est investisseur depuis 2017 et passionné par la Bourse. Plutôt orienté analyse fondamentale, c’est un vrai touche-à-tout !


Note actuelle
Cliquez pour noter cet article !
[Total: 0 Moyenne: 0]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.